Bénéteau, Monte Carlo 6S : l’aboutissement de la gamme

Jeudi 24 novembre 2016 à 12h37

L’an dernier, nous vous présentions le Monte Carlo 6. La version 6S que nous venons d’essayer est l’aboutissement de cette gamme créée il y a trois ans. Sur le 6S, le flybridge avec poste de pilotage est remplacé par un toit ouvrant et un luxueux salon intégré au hard-top. Cet espace dispose de bains de soleil et offre une terrasse panoramique. Cette version qui se veut plus sportive est avant tout un motor-cruiser avec des lignes élancées. Pour arriver à ce résultat, le bureau d’étude de Bénéteau a fait appel, comme pour toute la gamme MC, au duo Nuvolari & Lenard.


Une fabrication qui se veut écologique Pour réaliser cette gamme, le chantier a investi dans un outil de travail qui permet de réduire les émissions de polluants dans l’atmosphère. Pour cela, il a opté pour un procédé de fabrication par infusion. Cette technique a plusieurs avantages, elle est non émissive, améliore les conditions de travail et permet une maitrise parfaite du poids. La motorisation des pods pour optimiser vitesse et consommation Pour cette unité, ce sont deux moteurs Cummins de 600 CV, équipés de pods Zeus, qui ont été retenus. Le système de pods Zeus améliore sensiblement les performances du bateau en permettant une économie de carburant de 30%, une vitesse de croisière plus rapide de 15% et une vitesse de pointe plus élevée de 15% comparativement au système ligne d’arbre traditionnel. Lors de nos essais en Espagne (port Ginesta), dans une mer formée, nous avons obtenu à un régime de 2400 t/mn une vitesse de 16.8 nœuds. La consommation, si on se fie, au calculateur de bord, est de 150 l/h et à 3000 t/mn de 200 l/h (vitesse 26 nœuds). A ces vitesses (17 à 26 nœuds) et en prenant une marge de sécurité de 20%, l’autonomie en carburant est voisine de 250 milles. Dans le compartiment moteur, situé sous le cockpit, on trouve la majorité des équipements y compris le groupe électrogène de 11 KVa (standard). La place est suffisante pour effectuer les maintenances. Les aménagements intérieurs Lorsque l’on entre dans le bateau, on a sur bâbord un meuble de rangement bas au-dessus duquel des rangements ouverts sont dédiés à la bibliothèque. Ce meuble peut surprendre, mais il est là pour casser et donner un peu d’intimité au grand volume du carré. Face à ce dernier, on trouve la cuisine, bien dimensionnée avec un grand plan de travail en Corian. Elle est équipée de tout l’appareillage nécessaire qui va des réfrigérateurs (2 de 75 litres), à une plaque à induction, un four, un micro-onde et une hotte. Pour le rangement pas de soucis, il y a cinq placards. Ce que l’on peut regretter, c’est la quasi absence d’éclairage naturel. A l’avant de cet espace, se situe le carré. Là, on quitte l’absence de lumière naturelle de la cuisine pour arriver dans un espace très lumineux avec vue sur mer. Cet éclairage naturel est diffusé par des vitrages latéraux dont deux ouvrants (bâbord et tribord). Ce carré dispose de deux canapés vis-à-vis l’un de 6 places et l’autre de 2 places. La table située entre les deux est ajustable électriquement en hauteur. Pour la détente, un emplacement pour un téléviseur, un lecteur de CD/DVD et des enceintes est prévu, mais cet ensemble est proposé en option. A la suite de ce carré, nous trouvons le coin navigation. Le poste de pilotage est à bâbord, avec une banquette pour le pilote et une banquette double. Sur le bateau que nous avons essayé, le siège pilote était un « Seagull Besenzoni » avec commandes intégrées. Un confort qui a un prix (option siège 12.120 E). Le pilote a à portée de main toutes les commandes (flaps, guindeau, ordinateur moteur, etc.). Les moteurs se commandent à l’aide d’un joystick « ZEUS ». Pour la navigation, en option, on a le choix entre deux écrans multifonctions un de 16 pouces ou un de 24 pouces. Pour la visibilité, ce poste de pilotage est ceinturé par un pare-brise monobloc en verre feuilleté. Les cabines On accède au coin repos par un escalier bien dimensionné qui arrive sur une coursive centrale qui dessert les cabines. Celle arrière, dite propriétaire, occupe toute la largeur du bateau. Elle dispose au centre d’un lit double (1.95 x 1.58 m) avec de chaque côté un chevet. Pour le rangement, il y a deux armoires penderies. L’éclairage naturel est assuré par deux hublots de coque panoramiques ouvrants. La salle d’eau attenante possède une cabine de douche et un plan muni d’une vasque en Corian. Les WC sont électriques. A l’avant du bateau, il y a deux cabines : une VIP et une invités. Dans la VIP, on a le choix entre un lit double (1.98 x 1.40 m) ou deux lits simples, quant au rangement, il est assuré par deux armoires avec penderie. Cette cabine est largement éclairée par quatre hublots de coque ouvrants et un puit à lumière ouvrant lui aussi. La salle de bain est équipée comme celle propriétaire. La cabine invitée dispose de deux lits simples coulissants. Ceux-ci peuvent se transformer en lit double. Et une armoire penderie sert pour le rangement. Côté salle de bain, les équipements sont les mêmes que dans les deux autres. Cockpit et hard top L’accès au cockpit se fait par un portillon situé à tribord. On y trouve un salon (6 places), une trappe pour accéder au compartiment moteur et une pour la survie. Une porte donne l’accès en standard à un grand coffre de rangement ou en option à une cabine pour le marin. Un escalier amène au hard top. Ce dernier possède un salon en U pour quatre personnes et des bains de soleil. La plage avant du bateau offre une grande surface car elle part des passes avant. Plusieurs versions et des options La version standard que nous avons essayée et que nous venons de décrire possède trois cabines. D’autres versions sont proposées, comme l’asiatique avec toujours la cabine arrière mais la cuisine et le carré pour 12 personnes sont en bas avec une timonerie et un espace bar. Le prix de base est de 1 029 000 euros TTC. A ce prix de base, il faut rajouter celui des options, pas moins de 50, si vous voulez compléter l’équipement. Parmi celles-ci, nous pouvons citer : l’enrouleur électrique de rallonge de prise de quai (7 788 euros), le stabilisateur gyroscopique (108 864 euros), une cave à vin (1 602 euros) ou encore la passerelle hydraulique (39 180 euros). Vous pouvez également vous orienter vers une des trois finitions proposées qui comprennent un certain nombre d’options. Ce qui vous coutera pour l’avantage 85 080 euros, pour l’élégance 109.464 E et pour l’excellence 153 420 euros. Notre avis Un bateau bien pensé par sa conception et ses aménagements fonctionnels. Le design est innovant et avec ses hublots ronds, sa ligne et son élégance sur l’eau, il ne peut pas laisser indifférent. Il est résolument moderne. L’autre point que l’on peut au premier abord trouver inadapté sur une telle unité, est les options. Mais, elles ont un avantage, elles permettent de personnaliser le bateau en fonction de ses goûts personnels. Caractéristiques Longueur hors tout 18,35 m Longueur flottaison 15,97 m Largeur de coque 4,93 m Déplacement lège 19,628 kg Tirant d’air 6,02 m Tirant d’eau 1,17 m Capacité carburant 2 x 1100 l. Capacité eau 2 x 400 l Puissance moteur 2 x 600 CV Architectes designers Nuvolari & Lenard Aménagement intérieur Andreani Design Prix standard TTC 1 029 000 euros A lire aussi :  Bénéteau Oceanis Yacht 62 : il a tout d’un grand Interview exclusive de l'architecte du Figaro Bénéteau 3


SERVICE:
Pour préparer vos escales en toute sérénité, téléchargez l'appli Guides Escales du Bloc Marine.
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 0899 70 12 34**.
Recevez gratuitement
la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 0899 70 12 34 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction