Pinceaux de lumière sur le littoral

Samedi 27 octobre 2012 à 11h00

Mots clés : , , , , , ,

Les photographes se régalent sur les littoraux de la façade ouest avec une météo changeante qui fait jouer la lumière.


crédits photo: Philip Plisson, Peintre de la Marine

« La lumière, c’est quelque chose qui se mérite. » Quand Philip Plisson, photographe de mer, évoque son métier, il parle avant tout de patience. « Un matin, je marchais le long du golfe du Morbihan avec mon fils, il ne faisait pas très beau mais soudain le ciel a commencé à craquer », raconte le photographe. Décidant d’attendre pour voir ce que cela pourrait donner, le père et le fils s’assoient face à la mer. « Soudain, un pinceau de lumière a balayé la grève en touchant une série de bateaux blancs au mouillage. Cela a donné une photo foncée avec juste les bateaux qui ressortent. »


Un temps changeant
La bonne lumière est très éphémère, c’est un concours de circonstances qu’il faut savoir observer car les nuages évoluent vite. Cela tombe bien, Philip Plisson ne s’intéresse pas aux tempêtes de ciel bleu : « J’aime les ciels sollicités avec de grands cumulus, des pinceaux de lumière qui se faufilent et viennent éclairer des parties subtiles du trait de côte. » Pour le photographe, il faut que la lumière joue avec les nuages, « qu’elle soit filtrée à travers une fine couche nuageuse ou réfléchie par un cumulus, comme dans un studio photo. » Les nuages jouant le rôle des parapluies blancs des studios. « A condition d’être du bon côté du nuage : côté soleil! », plaisante Eric Mas, directeur de l’information météo chez Météo Consult – La Chaîne Météo.


La lumière et l’humidité
La lumière évolue en fonction du taux d’humidité dans l’air. « Les flux de Sud-Ouest apportent un air doux et humide, l’air est moins limpide », explique le météorologue. Le cas extrême c’est le brouillard. « Un phénomène délicat à photographier mais qui donne une lumière extraordinaire, poursuit-il. Le brouillard est diffusé par le sol, non en altitude, et il filtre la lumière de façon diffuse, il créé des flous. » Exception faite des brouillards par temps couverts « qui donnent une visibilité poisseuse. » Au contraire, les masses d'air en descente directe de secteur Nord sont très peu chargées en molécules d’eau car elles viennent du froid. « Ces masses d’air offrent une très grande visibilité », précise Eric Mas.
Quant au ciel de traîne, très apprécié des photographes, il arrive en fin de dépression, juste après un front froid. Le ciel est alors peuplé de nuages aux formes tourmentées, les « cumuliformes », le temps est très changeant.
Enfin, les marées apportent également une large palette de lumières et de couleurs. « Sur la côte d’Emeraude, par marée basse le soleil vient directement taper sur le sable pour offrir à la mer ce vert si caractéristique », observe le photographe de mer, Philip Plisson. Un peu plus loin, la mer découvre de larges étendues mouillées et salées sur lesquelles la lumière joue, le sel étant très utile pour réfléchir la lumière.
 


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction