Navigation chevronnée au large de la Réunion

Dimanche 25 novembre 2012 à 14h58

Mots clés : , , ,

L’île Bourbon demeure davantage fréquentée pour ses montagnes que ses côtes. Peu à peu, les Réunionnais s’approprient l’océan Indien.


Le Port de Saint-Gilles à la Réunion. Sous licence Creative Commons : Damouns

Poursuivi par la dépression, il faut mettre cap nord-ouest pour l’éviter, et profiter encore un peu de la navigation. Alors qu’une demi-douzaine de dauphins s’amuse vraisemblablement de la présence du catamaran Salina 48 Fountaine-Pajot sous un soleil doré, force est de se rendre à l’évidence, le retour vers le port de Saint-Gilles, au sud-ouest de l’île de la Réunion sera houleux…
Le changement de climat est radical. La barrière météo clairement visible. C’est d’un coup que la mer se lève et la pluie se mêle à l’Océan. A la barre, Fabrice « Woody » Bureau, skipper pour le loueur Cata Passion, assure : « Il y a une centaine de microclimats à la Réunion. Naviguer ici, réclame une bonne connaissance de l’île et du climat. »


C’est sans doute parce qu’elle est peuplée depuis à peine quatre siècles, très montagneuse et hostile à l’amarrage, que la Réunion ne connaît qu’un développement récent du nautisme. Cela fait seulement une vingtaine d’années que l’île voit la pratique clairement émerger, le sport numéro un restant la randonnée. « C’est l’arrivée du GPS qui a permis de démocratiser la pratique nautique. Les gens n’ont plus eu peur de se perdre », poursuit Fabrice Bureau.


Malgré ce, les difficultés sont parfois mal appréhendées. « Les gens se disent : on va partir de la Réunion pour aller à Maurice, distante de 130 miles depuis la Pointe des Galets, mais la navigation n’est pas facile et ils sont nombreux à rebrousser chemin. On est contre la mer et contre le courant. Il faut 36 heures pour rallier la capitale Port-Louis, alors qu’il faut moins de 24 heures pour revenir. »


Préservée, grâce à la création d’un parc naturel marin, empêchant le mouillage, la pêche, et parfois même la navigation, la côte ouest dont les fonds poissonneux (mérous, dauphins, daurades coryphènes, langoustes, poisson trompette, thon…) et au corail jeune font le bonheur des apnéistes et plongeurs. Au large, de juillet à octobre, la venue des baleines à bosses avec leurs petits devient reine de toutes les attentions. « C’est depuis 2008 un facteur indéniable de développement des activités marines », soutient un restaurateur de la plage de Roches Noires, à Saint Paul.
 

Dans les ports réunionnais, les bateaux à moteurs sont majoritaires. Une centaine de voiliers mouillent ici contre plus de 2000 moteurs, principalement des moins de 10 pieds. Outre le Salina 48 de Cata-passion, on note dans la ville du Port la présence d’un autre loueur, équipé d’un Catana 48 S, et d’un Rhéa 750 appartenant à des particuliers, probablement amateur de pêche au thon banane…


Pour plus d'informations sur les activités liées à la mer : http://www.reunion.fr/activites/mer.html
 


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction