Les voiles d’Eric Tabarly s’offrent une nouvelle vie

Mercredi 28 novembre 2012 à 16h45

Mots clés : , ,

Jacqueline Tabarly a confié les voiles de son époux à la société 727 Sailbags. Les sacs issus de ce partenariat prestigieux seront proposés à la vente début décembre.


crédits photos: 727 sailbags

« Ça fait un petit machin au cœur de sortir ces voiles du grenier, témoigne Jacqueline Tabarly. Mais on ne va pas en faire des confitures ! Mon mari détestait le gaspillage. » Eric Tabarly avait entreposé les voiles du premier Pen Duick, du III et du IV en pensant qu’elles pourraient servir à un autre bateau. « J’ai compris qu’elles auraient une nouvelle vie en passant devant la boutique 727 Sailbags à Lorient. » Jacqueline Tabarly se souvient des yeux illuminés d’Anna Beyou, la créatrice, lorsqu’elle lui a fait part de sa proposition.  « C’est une très belle rencontre  » commente la co-responsable de 727 Sailbags, une jeune entreprise (2010) qui a déjà recyclé 25 000 m2 de voiles. « Nous avons recueilli une partie de l’intimité des Tabarly, ajoute Anna Beyou. Le fait de nous confier ces voiles était une étape importante pour eux. »


La confection

 

« Le responsable des Pen Duick, Arnaud Pennarun, était avec nous pour réceptionner les voiles sous un grand hangar, explique Anna Beyou. Les voiles arrivent brutes, elles sont très lourdes, nous les avons déroulées, lavées puis débitées une à une. Ensuite, il a fallu identifier les différents morceaux qui sont partis à la broderie ». Marie Tabarly, la fille du célèbre marin, avoue volontiers s’être montré intransigeante au moment des réunions préparatoires. « Il faut être honnête, les premiers modèles proposés ne me plaisaient pas car ils n’étaient pas, selon moi, à l’image de mon père. » Puis elle précise : « C’était un homme de tradition mais extrêmement moderne et les premiers jets étaient trop classiques ». Les voiles, majoritairement blanches et ocre, ont été mariées à un cuir whisky foncé. « Jacqueline Tabarly est une passionnée de chevaux, précise Anna Beyou. Elle a donc insisté sur la qualité du cuir et sa couleur. » Marie Tabarly apprécie de son côté l’option du cuir qui va patiner avec le temps. L’intérieur est en jersey marinière bleu et blanc, en clin d’œil aux marinières du marin. Une petite fiche précise les océans traversés par les voiles. Mille exemplaires seront confectionnés grâce aux voiles des Pen Duick, pour 314 ou 414 euros en fonction du modèle. « Ces sacs sont un peu plus chers que les autres produits de la marque, précise Anna Bayou, en raison du prix des matières premières ». Il y a un modèle femme et un modèle homme, ce dernier portant le numéro 14 soit le chiffre porte-bonheur d’Eric Tabarly.

 

 

LIRE AUSSI:

Nautic: l'arrivée des bateaux à Paris, un challenge logistique

Bertrand de Broc: "Je fais une course différente"

Plongée à la Réunion, entre dauphins et jeunes coraux

 


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction