Anne Quéméré à l’assaut du Passage du Nord-Ouest

Dimanche 9 décembre 2012 à 14h33

Mots clés : ,

 Après avoir traversé l’Atlantique et le Pacifique à l’aviron puis en kiteboat, Anne Quéméré se lance aujourd’hui un nouveau défi : le Passage du Nord-Ouest du Pacifique à l’Atlantique en kayak.


Crédit photo : Gauthier Mesnil-Blanc

Nouveau challenge pour la navigatrice bretonne qui tentera de franchir en solitaire le Passage du Nord-Ouest d’Ouest en Est à bord d’un kayak de cinq mètres de long. Une navigation de 2.700 milles qui devrait durer entre deux mois et demi et trois mois. Le périple pourrait débuter entre juin et septembre 2013 en fonction de l’évolution des glaces. Fascinée par l’histoire de Roald Amundsen, premier à avoir traversé le mythique passage, Anne Quéméré a décidé de suivre les traces des grands explorateurs. « J’ai passé plusieurs semaines au Groenland, c’est un univers particulier, on a l’impression d’assister à la naissance du monde. Ca m’a donné envie de retrouver ces paysages fascinants. Et puis je pense qu’il y a moins de gens à avoir traversé le Passage du Nord-Ouest qu’à avoir franchi l’Everest. Ca reste un voyage encore unique. Ce qui est bien avec le passage du Nord-Ouest, c’est qu’en fonction des canaux qui s’ouvrent, chaque expérience est personnelle. Il faut réinventer la route à chaque fois » explique Anne Quéméré. Avant de se lancer, la navigatrice s’est entretenue avec Sébastien Roubinet, qui a traversé le Passage du Nord-Ouest à la voile à bord de Babouche, et avec Mathieu Bonnier, qui a tenté de le faire à l’aviron. « Je me suis dit que c’était maintenant ou jamais. D’ici quelques années, si les cargos commencent à l’emprunter, ça sera trop tard », ajoute-t-elle.

Aventurière dans l’âme, Anne Quéméré partira seule à la poursuite de ses rêves, en totale autonomie. Elle emportera avec elle des vivres lui permettant de tenir 80 jours, principalement des lyophilisés. Un vrai défi contre elle-même et contre les éléments qu’elle souhaite partager avec le plus grand nombre via son site Internet. « On a la chance d’avoir encore des endroits quasiment vierges. J’ai envie de filmer, de prendre des photos, de partager, de raconter ce que je vois, ce que je vis. J’adore écrire. Il y aura des choses à voir tous les jours, alors que ce n’est pas le cas au beau milieu du Pacifique ou de l’Atlantique », commente-t-elle. Une fois le projet lancé, Anne Quéméré s’est mise en quête de partenaires qui l’accompagneront dans son défi. « Nautiraid m’a offert un kayak à customiser. Les partenaires techniques ont suivi. Aujourd’hui, je cherche 150.000€ pour couvrir les frais logistiques », souligne Anne Quéméré.

 

Un projet sportif à vocation écologique

 

Véritable challenge sportif, le projet « Artic Passage » a également une dimension écologique. Anne Quérémé travaillera sur le plancton avec l’équipe d’Océanopolis dirigée par le chercheur aquacole Pierre Mollo à qui elle transmettra des informations tout au long de sa traversée, armée d’un microscope relié à son ordinateur. « Je l’ai rencontré quand j’avais sept ans quand mon père a tourné un film sur l’écloserie de Houat », se rappelle-t-elle. « J’aurais un rôle d’observation et de transmission. Je pense que ce genre d’expédition peut permettre de vulgariser un peu la science, qui reste un monde fermé, auprès du grand public et de sensibiliser les gens », poursuit-elle.

 


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction