Maldives : Plongée dérivante à l’orée des lagons

Jeudi 20 décembre 2012 à 12h01

Mots clés : ,

L’archipel propose autant de plongées particulières que d’îles. On en dénombre plus d’un millier…


Sous Licence Creative Commons : Mal B

Il suffit de passer la barrière du lagon et se laisser porter par le courant. Quoi de plus naturel après tout quand on est un plongeur que de se laisser porter par l’eau. Pas de besoin d’aller très en profondeur pour comprendre qu’aux Maldives, les poissons sont bien plus curieux qu’apeurés. Des coraux multicolores de toutes formes tapissent les tombants, de sorte que ce jardin aquatique abrite une jungle hybride de poissons perroquets, poulpes, rascasses, bourgeois, carangues, thons ou poissons clowns venant y chasser et picorer sans crainte de l’homme. Après quelques tentatives d’approche, les tortues se laissent également approcher, voir toucher dans un plaisir enfantin.


Aux abords de certains îlots, le sable est à portée de main à cinq mètres de profondeur à peine, pour les adeptes du snorkeling (balade palmes et tuba). Un coup d’œil sous le corail permet aisément d’apercevoir les longues antennes d’une brave langouste, dont on oublie sur le moment qu’elle ferait merveille dans l’assiette. A quelques coups de palmes, deux requins à pointe noire, de 70 cm environ, chassent tout près de la surface avant de fuir à notre approche. Toujours aussi peu téméraires ! Au fond de l’eau, une raie pastenague reste tapie, amputée de sa queue. « Elle a du être attrapée par des filets de pêcheurs, explique la responsable du centre de plongée de l’hôtel Taj située sur l’atoll Sud Malé. Une fois sur le bateau, elle agite la queue et sa piqure peut faire très mal. Du coup, les pêcheurs coupent sa queue d’un coup de couteau. Cela la rend très vulnérable. » On compte aux Maldives, autant de plongées exceptionnelles que d’îlots. Seuls 200 sont peuplés (la moitié par des hôtels) sur les 1190 que compte l’archipel. Pour les plus craintifs, un diner dans l’un des deux restaurants sous-marins de ce paradis de l’océan indien s’impose. Le dernier à ouvrir ses portes est celui d’Anantara, à 45 minutes d’hydravion de l’aéroport de Malé, sur l’atoll de Baa. A 10 mètres de profondeur, il permet, le temps d’un repas, de se prendre pour le capitaine Nemo, admirant l’immensité de l’océan depuis son mess. Touchés par le réchauffement climatique, les coraux maldiviens sont, en certains lieux, en danger. Une raison pour laquelle il est possible pour les particuliers et les entreprises de financer la reconstitution de massifs coraliens. Beaucoup d’hôtels proposent d’ailleurs aujourd’hui à ces bienfaiteurs de surveiller l’avancée de cette reconstruction par le biais d’une webcam.

 

Y aller : Sri Lankan Airlines : A partir de 900€. Décalage horaire : + 4 heures (Paris).

Anantara Kihavah resorts (Atoll Baa), à partir de 1115€ la nuit pour deux personnes.

Taj Exotica resort & spa, à partir de 680€ pour deux, petit déjeuner inclus.


LIRE AUSSI:

Plongée à la Réunion, entre dauphins et jeunes coraux

Navigation chevronnée au large de la Réunion

Partie de pêche au gros à la Réunion


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction