Un drôle de vaisseau dans les 50e hurlants

Samedi 22 décembre 2012 à 14h27

Mots clés : , , , , ,

En 2013, le médecin explorateur Jean-Louis Etienne espère lancer la construction de ce nouveau projet: une station scientifique à la dérive autour de l'Antarctique, le Polar Pod.


Jean-Louis Etienne rentre tout juste des Etats-Unis, invité par la célèbre université MIT pour présenter son projet scientifique. Le Polar Pod est une grande tour métallique de 20 mètres à la surface, 80 mètres sous l'eau, conçue pour se laisser dériver, en toute autonomie énergétique, sur le grand courant circumpolaire antarctique. Le flotteur est en acier et l'habitable en aliminium, deux matériaux recyclables. Jean-Louis Etienne parle de sa nouvelle invention comme d'un « vaisseau à la Jules Verne ». Un vaisseau qui devrait dériver à la vitesse du courant, entre 0,3 et 0,5 noeuds, autour de l'Antarctique.

 

Un drôle de bateau


« C'est un vrai vaisseau, avec pavillon et immatriculation », assure Jean-Louis Etienne. Le Polar Pod ressmble à un phare mais il est manoeuvrable grâce aux voiles (250m2 en tout)installées sur la passerelle supérieure. « A 10 mètres sous l'eau, il y aussi l'équivalent d'un propulseur d'étrave, alimenté à l'occasion par un groupe électrogène de 190 chevaux, explique Jean-Louis Etienne. Ce système de propulsion peut servir en cas de rencontre avec un iceberg. Et en cas de danger, nous avons une ancre. » Mais comment déplace-t-on cette immense bouée avec un tirant d'eau de 80 mètres ? « Le Polar Pod est conçu pour se renverser à l'horizontale lors d'un déplacement, précise l'explorateur. C'est un système de ballasts, remplis par des pompes, qui permet de le coucher. Alors, il ne reste plus qu'un long spaghetti de 125 mètres à manoeuvrer. » Le groupe électrogène sert aussi à vider les ballasts pour redresser le Polar Pod. Enfin, des annexes seront également du voyage.

 

Les scientifiques répondent à l'appel
 

Le projet répond à une demande des scientifiques qui ont besoin d'une présence pérène dans ces mers hostiles pour mener à bien leurs projets. « La liste des personnes intéressées s'allonge », remarque Jean-Louis Etienne. Il y a des physiciens qui étudients les mouvements entre l'atmosphère et les océans, les eaux froides ayant une grande capacité d'absorption du carbone. Les biologistes, bien sûr, les centres d'études spatiales qui souhaitent valider sur terre des mesures effectuées à l'aide d'un satellite, mais aussi des spécialistes de l'accoustique. « En effet, le Polar Pod va évoluer dans un coin très pur en terme de bruit de fond, développe Jean-Louis Etienne. Les scientifiques souhaitent dresser un inventaire des sons émis par la faune sous-marine. »

 

Un projet économique
 

Le Polar Pod est autonome en énergie grâce à trois éoliennes et une hydrolienne. Il n'y a pas de moteur à bord, donc pas d'émission. L'installation permettra d'accueillir sept personnes (trois marins et quatre scientifiques. L'équipage pourra vivre en totale autonomie pendant plusieurs mois, comme dans une station spatiale habitée. Une solution économique quand on la compare aux navires oécanographiques traditionnels qui coûte entre 30 000 et 40 000 euros par jour. Ces bateaux consomment une tonne de fuel par heure. Actuellement, Jean-Louis Etienne cherche un partenaire financier principal. « C'est toujours la partie qui avance le moins vite, précise-t-il. Nous avons des contacts pour l'instant pour des partenariats techniques. » Le partenariat principal pourrait prendre en charge le budget pour la construction et la mise au point car ensuite le coût de fonctionnement du bateau sera minime. « Le partanaire bénéficiera d'une visibilité internationale sur plusieurs années, avec un fort volet pédagogique, insiste Jean-Louis Etienne. Au niveau coût (5 millions d'euros), c'est à peu près le même montant que le budget des bateaux du Vendée Globe sur quatre ans, soit le côut du bateau et de la logistique. » Jean-Louis Etienne espère lancer la construction dans un chantier français en 2013 afin de mener des essais en 2014. En 2015, Jean-Louis Etienne souhaite entamer la mission du Polar Pod. « C'est un projet pensé pour me survivre », ajoute l'explorateur.

 

LIRE AUSSI:

Vagabond, treizième hivernage en Arctique

Vendée Globe: Tout le monde à la même enseigne

 


 


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction