Voyage sur une île de plastique

Jeudi 10 janvier 2013 à 15h49

On les appelle les nouveaux continents. Dans le Pacifique et dans l'Atlantique Nord, les déchets, produits par les activités humaines et concentrés par les courants maritimes, forment des amas de plastique mesurant jusque six fois la France.


La pollution plastique des océans atteindrait six millions de tonnes par an. Elle se regroupe dans des îles de déchets comme celle du Pacifique qui pourrait atteindre jusqu'à de 3.5 millions de kilomètres carrés, sur une profondeur moyenne de 10 mètres, soit six fois la taille de la France. Cette île de plastique a été mise en évidence dès les années 80 par une étude de la NOAA, autorité fédérale américaine chargée de l'étude des océans et de l'atmosphère. Depuis, elle n'a cessé de croître. En 1997, le navigateur américain Charles Moore lance même l'appellation de continent de plastique.

Les déchets sont charriés par les courants et coincés dans les cinq principaux gyres ou tourbillons marins. A l'automne 2011, le voilier d'exploration Tara est parti à la recherche du gyre situé sous le vent des îles Marquises. Celui-ci est clairement identifiable sur les cartes satellites car il a reçu un apport en fer, permettant une prolifération de la masse planctonique.

 

Une soupe de plastique

 

Daniel Cron, capitaine de l'escale parisienne de Tara, était à bord lors de la rencontre de cette île de déchets. « En surface, on voit quelques morceaux de plastique qui flottent, explique-t-il. C'est remarquable car tu es au milieu de l'océan mais ce n'est pas énorme. » L'île de déchets est plutot visible à quelques mètres sous la surface. « J'imaginais une montage de déchets mais en fait, c'est plutôt une soupe de plastique, pleine de petites particules qui se désagrègent avec les UV et les vagues. Le plus grand morceau de plastique devait faire la taille de mon ongle de pouce, les autres étaient des petits grains. » Daniel Cron se rappelle avoir traversé le gyre pendant deux à trois jours.

 

Une expédition en 2013

 

En mai 2013, le navigateur Patrick Deixonne partira également à la rencontre de la soupe de plastique avec l'expédition Septième continent. «Tara est une grosse machine scientifique et nous sommes plutôt des techniciens de surface», avertit aussitôt Patrick Deixonne. Le navigateur, frappé par la pollution océanique depuis sa participation à la course Rames Guyane, souhaite sensibiliser le public à cette pollution plastique. Il a pour cela créé des partenariats avec des écoles via le projet du Cnes, Argaunatica. «Nous souhaitons être les yeux du grand public», explique-t-il. L'équipage sera constitué du chef de mission, Patrick Deixonne, du coordonnateur scientifique spécialisé en biologie marine ainsi que d'un photographe / cameraman. Le yacht club d'Oceanside, aux Etats-Unis, fournira le bateau et deux marins pour l'expédition.

 

Un documentaire sur Arte ce jeudi soir

 

A 22h25 ce jeudi soir, Arte diffuse un documentaire pour alerter le grand public sur les multiples risques du plastique qui voguent sur les océans du monde. Les réalisateurs (Max Mönch et Friedemann Hottenbacher) ont voyagé de Hawaï à l'Ile de Pâques (Chili), en passant par la mer du Nord et le Japon, pour traquer ces déchets qui se fragmentent mais ne disparaissent jamais. Les réalisateurs ont ainsi embarqué sur le voilier Sea Dragon dans le Pacifique sud. Les documentaristes veulent montrer que si les déchets ne peuvent pas être repêchés, il est urgent de limiter l'émission de nouveaux morceaux de plastique.


LIRE AUSSI:

Contest Yachts dévoilera son premier motor yacht à Düsseldorf

Quel bateau pour faire le tour du monde ?

Le salon de la plongée de Paris, c'est vendredi (11 janvier)


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction