Energies marines renouvelables, la formule magique

Jeudi 7 février 2013 à 10h43

Mots clés : , , , , , , , ,

Au salon Euromaritime, le salon de l’économie de la mer qui se tient jusqu’à ce jeudi soir Porte de Versailles, les acteurs des énergies maritimes renouvelables (EDF, GDF Suez, DCNS et Alstom ) ont affiché leur volontarisme. Ils vont aller chercher les milliards d’euros au fond des mers.


Les EMR, énergies marines renouvelables, sont au cœur des préoccupations des industriels français. Le ministre du redressement productif, Arnaud Montebourg, est ainsi venu rencontrer les principaux acteurs du secteur pour leur assurer son soutien : « Nous avons de l’avance et il n’est pas question de la perdre », a-t-il martelé. Depuis le 21 janvier, le gouvernement a signifié qu’il réfléchissait à un troisième appel d’offres pour des parcs pilotes.


L’hydrolienne, la filière la plus mâture
 

Pour Antoine Rabain, expert pour le cabinet de conseil Indicta, la France pourrait décrocher une prime au premier entrant dans ce domaine. « On estime que le potentiel mondial est de 75 à 100 GW (soit l’équivalent du parc électrique français) et la France dispose du deuxième potentiel européen, a-t-il commenté. Après l'éolien en mer posé, c'est l'énergie marine la plus mature." Dans le seul Raz Blanchard, au large du Cotentin, le courant pourrait générer deux fois plus d'électricité que le réacteur nucléaire EPR en chantier juste en face, à Flamanville (Manche). GDF-Suez prévoit ainsi une ferme pilote en 2016 dans le Raz Blanchard.
Le système hydrolien est encore en développement mais il attire les géants industriels. Les chantiers navals militaires DCNS ont ainsi annoncé le mois dernier qu’ils augmentaient leur participation dans la start-up irlandaise OpenHydro. Ils affichent désormais une participation majoritaire : 59,7 %.
Selon Antoine Rabain, le potentiel français équivaut à un marché total d'environ 15 milliards d'euros. L’expert croit également au développement de l’éolien flottant et de l’énergie thermique. Cette dernière est souvent présentée comme « la clef d’accès à l’autonomie énergétique des DOM-TOM. » L’expert n’oublie pas le houlomoteur mais il observe qu’il reste de grosses incertitudes techniques. « Il y a toutefois un vrai foisonnement avec 150 techniques en cours de validation », a expliqué Antoine Rabain.

 

LIRE AUSSI:

Stéphane Diagana: "Je suis plus voile que moteur"

Vendée Globe - Fin de la bataille des tontons flingueurs

Les phares victimes des restrictions budgétaires ?


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction