Bilan météo 2012 : le palmarès des régions les plus pourries

Mercredi 13 février 2013 à 22h20

Mots clés : , ,

Si l’année 2012 ne fut finalement pas celle de la fin du monde, elle a affiché de fortes disparités météorologiques entre le Nord et le Sud de la France.


Crédit Photo : AFP.

« Y’en a marre de cet été pourri ! » n’est pas le titre du tube de l’été 2012 bien qu’il aurait pu l’être dans de nombreuses régions de la France. Il s’agit plutôt d’une phrase entendue ici et là par un certain nombre de touristes agacés par les caprices de la météo. Le Figaro Nautisme s’est appuyé sur l’expertise des prévisionnistes de Meteo Consult – La Chaine Météo pour dresser un bilan de l’année écoulée. Les observations et les analyses permettent d’affirmer que le fossé entre le Nord et le Sud de la France s’est davantage creusé. Une ligne allant de Biarritz à Strasbourg scinde le territoire en deux parties distinctes.

 

Les régions les plus humides

 

Si pour beaucoup le mauvais temps se matérialise par la pluie, les habitants du Nord-Ouest, du Cotentin jusqu’au Pas-de-Calais, ont été les plus mouillés en 2012. Le taux de pluviométrie de ces régions a été excédentaire aux normales, provoquant même des inondations en automne et en début d’hiver. Les régions Centre, le Jura, le Nord Rhône-Alpes ainsi que la Franche-Comté ont également subi de fortes précipitations l’année passée. Les régions proches des Pyrénées ainsi que le Béarn ont elles, essuyées de fortes pluies surtout en fin de saison, ces intempéries ont contribué au fort enneigement des stations pyrénéennes en fin d‘année.

 

Les moins ensoleillées

 

En France, l’ultime année du calendrier Maya ne fut pas celle de leur astre sacré : le soleil. Une bonne partie Nord de la France ne l’a pas vu assez et pour cause, dans ces régions le déficit enregistré s’est chiffré à - 20 % par rapport à la normale. De la Bretagne au Cotentin en passant par les côtes de la Manche jusqu’au bassin parisien et en s’étalant jusqu’à la Belgique, les rayons du soleil ont été rares.

 

Les plus froides

 

Le cliché tient toujours : plus chaud au Sud, plus froid dans le Nord. Au niveau des températures, la France est aussi coupée en deux parties. La fracture s’étend du Sud-Ouest au Nord-Est et sépare donc deux phénomènes météos distincts. Au nord de cette ligne imaginaire, les températures moyennes ont été de 0,5 à 1 degré inférieur aux normales. En revanche, la zone au sud de cette démarcation a enregistré des températures supérieures de 0,5 à 1 degré par rapport aux normales saisonnières.

 

Les lauréats des villes à éviter en 2012 sont…

 

Nominée dans la catégorie de la ville la plus humide, Brest dans le Finistère, décroche le record du nombre de jours de pluie en 2012 avec 233 journées d’intempéries. Dans la catégorie très prisée de l’ensoleillement, la ville de Rouen se démarque avec seulement 1450 heures de soleil en 2012. En réponse à ce beau doublé réalisé par ces deux régions situées à l’Ouest dans le pire de l’année 2012, l’Est et sa région Champagne-Ardenne ont eu raison de tout miser sur la température moyenne la plus faible. La grande vainqueur se nomme Charleville-Mézières qui rafle ce prix grâce à ses 9,8°C moyens au cours de l’année 2012.

 

LIRE AUSSI:

Une Solitaire du Figaro Grand Cru en 2013

Mais que font les mouettes à Paris ?


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction