Vents contraires en Méditerranée

Mercredi 27 février 2013 à 15h25

Mots clés : , , ,

Depuis le week-end dernier, la Méditerranée est tourmentée par de violents vents. Côté Italie, on retrouve le Ponant, tandis que c’est le Mistral qui balaye la Provence et le Languedoc-Roussillon. Avec Régis Crépet, prévisionniste pour Météo-Consult / La Chaîne Météo, nous allons éclaircir les sautes d’humeur d’Eole.


crédits photo: Kurt Desplenter Belga / AFP

La Méditerranée subit actuellement deux vents très différents. La Côte d’Azur et la Corse connaissent un vent d’est froid et instable – apportant même de la neige jusque sur le Var – appelé le Ponant. Il vient d’Italie et apporte avec lui une forte houle. Le Golfe du Lion de son côté est balayé par un violent Mistral force 9. C’est un vent glacial, de secteur nord à nord-ouest. Contrairement au Ponant, il est sec et apporte un ciel dégagé. Nous avons donc là une situation très contrastée.


D’où vient le vent ?

 

Dans l’hémisphère nord, l’air tourne dans le sens inverse des aiguilles d’une montre et inversement dans l’hémisphère sud, comme un tourbillon d’eau lorsqu’une baignoire se vide. C’est la force de Coriolis. Ensuite, il est lié au déplacement des hautes et des basses pressions car l’air va des anticyclones vers les dépressions. Pour connaître la direction des vents dominants, il suffit donc de repérer l’anticyclone et la dépression qui planent au-dessus de nos têtes. Ainsi, lorsque vous êtes dos au vent, la dépression se situe à votre gauche et l’anticyclone à votre droite !

 

Un relief capricieux


Voilà pour la théorie. Mais la topographie vient souvent contrarier ce bel écoulement : ainsi, les reliefs des arrière-pays, les caps et les détroits sont autant d’obstacles qui forcent l’air à dévier ou à accélérer. Ainsi, la situation de la Méditerranée est typique : dans le cas d’une dépression positionnée sur la Corse, il est logique que l’air tourne autour en remontant sur l’Italie et en redescendant sur la France. Cependant, le couloir rhodanien accélère et canalise le vent qui descend « plein pot » dans le Golfe du Lion, amplifiant ce fameux Mistral et la Tramontane au niveau du Cap Béar. Quant à la côte d’Azur au relief escarpé, elle force l’air à suivre le littoral, décuplant la force du vent d’est : au lieu de souffler force 5 par exemple, il faut s’attendre à du Grand Frais (ou davantage) sur les îles du Levant ! La situation est la même aux extrémités de la Corse : les Bouches de Bonifacio et le Cap Corse (en Balagne) multiplient par deux ou trois la force des vents observée aux alentours.
Ces zones sont bien connues des navigateurs avertis, mais pas forcément des plaisanciers du dimanche : ainsi en été, de nombreux accidents ont lieu dans ces parages, lorsque le vent fraîchit brusquement en l’espace d’une heure.

On retrouve les mêmes configurations en Manche, dans les parages du Cotentin, ou dans le détroit du Pas-de-Calais.

 

LIRE AUSSI:

Les cyclones, ces phénomènes qui nous menacent

Le Titanic va renaître en Chine et reprendre la mer
 


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction