Winflo, première éolienne flottante française

Jeudi 11 avril 2013 à 13h27

Mots clés :

A l’occasion du salon Thetis, qui s’est déroulé cette semaine à Brest, DCNS et Nass & Wind ont présenté Winflo, un démonstrateur qui devrait être installé en 2014 au large du Croisic.


Crédits photo : Winflo

Hauteur : 80 mètres. Diamètre : 60 mètres. Longueur des pales : 30 mètres. Poids : 1 000 tonnes. La première éolienne flottante, qui va être construite à Brest, est d’une dimension impressionnante. Réalisée en carbone, elle sera mise à l’eau au large du Croisic sur un site dédié à l’expérimentation des énergies marines renouvelables. « Nous sommes à l’aube d’une nouvelle filière industrielle, créatrice d’emplois », s’enthousiasme Frédéric Le Lidec, directeur des Energies Marines chez DCNS. L’entreprise a démarré le projet en 2008 en collaboration avec Nass & Wind, une PME innovante basée à Lorient. Le projet Winflo, développé avec le concours du groupe éolien Vergnet, de l’Ifremer et de l’Ensta Bretagne, a reçu un financement de l’Etat dans le cadre des investissements d’avenir. La turbine présentera une puissance de 1 mégawatt et la campagne d’essais devrait durer de 12 à 18 mois. Elle permettra de valider le comportement de l’éolienne dans différentes conditions météorologiques et de mesurer la performance de la production d’électricité.


Une ferme pilote au large de Groix
 

A la suite des tests, les premières éoliennes flottantes à taille réelle seront construites. Beaucoup plus grandes que le démonstrateur, elles seront en mesure de produire chacune 5 mégawatts d’électricité. Une ferme pilote, comprenant quatre à six machines, devrait être installée au large de Groix. Si les résultats sont concluants, la production en série pourra démarrer. « Nous devons répondre à un triple défi : défi technologique en réalisant des machines à la fois légères et résistantes, défi économique en produisant une électricité au coût le plus bas possible et défi industriel, en motivant des investisseurs potentiel », reprend Frédéric Le Lidec. Pour autant, il se montre optimiste. Si la France a pris du retard sur l’éolien offshore, c'est-à-dire posée en mer, elle est en pointe dans l’éolien flottant. Seuls, deux démonstrateurs existent dans le monde, en Norvège et au Portugal. De plus, les structures flottantes sont moins coûteuses car, dépourvues de fondations, elles peuvent être remorquées vers un port pour les opérations de maintenance. Un premier pas dans le concret, illustré par le succès du salon Thetis qui rassemblait plus de 160 exposants. Une véritable communauté scientifique et industrielle axée sur le développement des énergies marines renouvelables est née.
 

 

LIRE AUSSI :

A découvrir : Arctique, la banquise atteint sa surface maximale


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction