La voile grand public avec des bateaux en carton

Vendredi 19 avril 2013 à 08h13

Du carton, du ruban adhésif et un peu de peinture. Voici les ingrédients nécessaires pour participer à « ça cartonne à Douarnenez », le 26 mai prochain.


« Tout ce qu’on risque, c’est de se mouiller ! » lance Paul Robert avec bonne humeur. Le charpentier de marine a pris les commandes de cette régate hors du commun à la fin de l’année 2012. Tout est né d’une discussion entre amis à Brest 2012. « Nous venions tout juste d’organiser un atelier de construction de bateaux en bois avec déjà l’idée de rendre accessible la voile au plus grand nombre, explique-t-il. Mais nous regrettions de ne pas avoir pu toucher les 8-12 ans. » La construction en bois nécessite le maniement de divers outils. C’est à ce moment-là que nous avons évoqué les régates de bateaux en carton organisées aux Etats-Unis, se souvient Paul Robert. Le rédacteur en chef de la revue du Chasse-Marée, présent à notre table, nous a dit : si vous organisez cette régate, j’écris un édito sur les bateaux en carton dans le prochain numéro. En ouvrant le magazine de septembre nous avons vu le texte… et nous avons organisé un rétro-planning ! »


Le prix Titanic du plus beau naufrage
 

Une quarantaine de bateaux sont déjà inscrits et l’équipe de « ça cartonne à Douarnenez » est mobilisée pour aider les volontaires à construire leur embarcation. Un atelier est ainsi organisé ce samedi, de 10 heures à midi, au port-musée de Douarnenez. « Si j’avais un conseil à donner, je dirais de construire d’abord le flotteur puis de réfléchir à la décoration, ajoute l’organisateur. L’un des régatiers est venu me voir en me disant qu’il voulait construire un nénuphar et se déguiser en grenouille pour la course. Je lui ai dit : c’est une bonne idée mais il faut avant tout que ton embarcation flotte ! » Chaque participant pourra repartir avec une coupe en carton grâce à plusieurs prix : celui de la vitesse, du slalom, mais aussi celui de la création, des navires les plus durables (ceux qui seront encore là en 2014 !), et enfin le prix Titanic pour le plus bel effort pour retarder un naufrage. Côté sécurité, pas de souci, la régate ne sera pas en pleine mer mais dans le bassin du port-musée de Douarnenez.


Pauline Carton, le prototype
 

Paul Robert a testé et déjà réparé son bateau plusieurs fois. « Nous avons fait 5 sorties avec Pauline Carton, en plus de la démonstration au salon nautique de Paris 2012, précise-t-il. Et pour le réparer, il suffit de faire sécher la zone endommagée avec un coup de sèche-cheveux puis de rafistoler le dommage. » Pour la construction de son bateau, Paul Robert s’est inspiré d’un ouvrage américain sur la construction pas à pas, mais aussi du cours d’un professeur d’arts plastiques – toujours aux Etats-Unis – qui avait laissé une semaine à ses élèves pour construire leur embarcation et la faire naviguer 200 yards (ndlr : 183 mètres). Le 26 mai prochain, les plus jeunes seront à l’honneur avec la catégorie des moussaillons (8-12 ans), les jeunes seront classés en matelots (13-18 ans), ce sera la catégorie bosco pour les adultes et timonier pour les plus de 60 ans. Et si vous souhaitez mélanger tous les profils d’équipiers, rendez-vous dans la catégorie équipage.
 

LIRE AUSSI:

Insolite: Construire un monocoque en deux heures

La Manche sur un sous-marin à pédales

Voguer et buller avec le bateau jacuzzi


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction