Les pirogues polynésiennes dans les vagues de Vendée

Vendredi 19 avril 2013 à 11h29

Mots clés : , , , ,

La 4e édition du Vendée Va’a, deuxième événement nautique des Sables d’Olonne après le Vendée Globe, se tiendra les 9 et 10 mai.


17 équipes se préparent activement pour cette course de pirogues polynésiennes en haute-mer et en étapes. Les équipes de six piroguiers vont parcourir 110 kilomètres en deux jours, à raison de 60 coups de rame par minute. Ces embarcations traditionnelles filent à une vitesse de 12 à 13 kilomètres / heure des Sables à Saint-Gilles-Croix-de-Vie puis à l’Ile d’Yeu. La dernière étape, pour revenir à la plage de départ, dure entre quatre et cinq heures.


Rêve de Polynésie
 

« Tout a commencé quand deux jeunes du club de canoë-kayak Côte de Lumière (CKCL) sont venus me voir pour me demander un coup de main, se souvient Denys Rémy, organisateur de la Vendée Va’a. Ils m’ont dit : nous avons un rêve mais nous ne pouvons pas le réaliser en allant à Tahiti et nous sommes sûrs qu’il va faire rêver les autres. » Denys Rémy, jeune retraité, s’est aussitôt lancé dans l’aventure. « J’ai découvert des valeurs qui me plaisaient », commente-t-il avant d’ajouter sur une pointe d’humour : « De toute façon, ma femme ne veut pas me voir tous les jours à la maison et elle a raison ! » Pourtant, lors de la première édition, Denys Rémy, ancien responsable logistique de Raphaël Dinelli sur le Vendée Globe, n’avait encore jamais embarqué sur une pirogue polynésienne. « J’avais donc 63 ans quand je me suis lancé et j’ai découvert des muscles que je ne soupçonnais pas, commente-t-il. J’ai aussi compris pourquoi il était si important pour les piroguiers de se mettre dans leur bulle. C’est un sport qui nécessite beaucoup de concentration et de coordination. » La cadence est donnée par le piroguier qui occupe le poste de Faahoro. Les équipiers rament d’un seul côté à la fois et changent de côté en moyenne tous les dix coups. La direction est donnée par le Peperou, le piroguier qui détient la plus longue rame, situé en première position sur cette embarcation de 13 mètres. Celui qui occupe ce poste doit savoir lire les courants marins pour trouver le meilleur trajet.

 

Polynésiens contre Vendéens… dans la bonne humeur !

 

Lors de la dernière édition, la course avait été remportée par une équipe polynésienne de haut vol : EDT Tahiti. Pourtant, tout n’avait pas été simple pour ses champions qui avaient été piégés par les abords caractériels de la plage de Saint-Gilles-Croix-de-Vie, luttant à quelques secondes près pour décrocher cette victoire d’étape. « C’est une course difficile pour les piroguiers polynésiens en raison de la température, précise Denys Rémy, ils ne sont pas habités à porter une combinaison intégrale ! Mais aussi en raison des vagues courtes qu’ils ne connaissent pas à Tahiti. » Cette année, l’équipe EDT ne pourra pas défendre son titre en raison d’un calendrier chargé : la très prestigieuse Tahiti Nui se tiendra en Polynésie deux semaines après la Vendée Va’a. Cependant, une autre équipe polynésienne, composée de piroguiers expérimentés, viendra porter les couleurs de Tahiti. Côté international, une équipe allemande est également attendue.

 

LIRE AUSSI:

La voile grand public avec des bateaux en carton

Du stand up paddle sur une vague verte
 


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction