Motonautisme : Les 24 heures de Rouen reprennent leur souffle

Mercredi 15 mai 2013 à 14h42

La prochaine édition des 24 heures motonautiques de Rouen se prépare. Les bolides à moteur s’élanceront sur la Seine ce samedi pour 24 heures de course réparties sur trois jours, sans session nocturne.


crédits photo: Jérôme Retru

La 50e édition des 24 heures motonautiques a eu chaud. Déjà endeuillée par le décès d’un gendarme lors de l’édition 2010 et fréquemment dénoncée par les élus écologistes de la ville de Rouen, la course d’endurance a dû faire face à un nouvel obstacle cette année : son président a démissionné début mars, accompagné de son trésorier. C’est finalement une nouvelle présidente, Sylvie Feyt, qui a repris l’organisation de la course au pied levé, aidée par les 200 bénévoles. Pour la 50e édition, la course accueillera 32 bateaux, 110 pilotes et 11 nations : Etats-Unis, Russie, Allemagne, Belgique, Lettonie, Pologne, Suède, Norvège, ou encore Australie. Lors de la précédente édition, 28 bateaux avaient pris le départ.

 

24 heures en trois jours

 

Les pilotes se relaient après deux heures maximum de conduite mais depuis deux ans, ils ne pratiquent plus le pilotage de nuit. « C’est vrai que le plus grand changement concerne les pilotes, admet le directeur de course, Henry Wyart. Les bateaux feront une course d’endurance de 24 heures car ils seront sous clef lors des neutralisations. Si une hélice était prête à lâcher dans les dix minutes avant la pause, elle lâchera à la reprise vu qu’il n’y aura pas d’intervention mécanique pendant la pause. Mais l’arrêt de la conduite de nuit a pu frustrer les briscards des 24 heures de Rouen. Il est vrai que dans le temps les courses se gagnaient la nuit lorsque les moteurs refroidissaient plus vite, sur un plateau plus calme permettant les accélérations. » Henry Wyard remarque toutefois que cette nouvelle configuration profite aux spectateurs qui ne manquent rien. « Bien sûr, il y avait des inconditionnels de la nuit mais sur les 200 à 300.000 spectateurs qui passaient à Rouen, combien étaient là à 4 heures du matin ? Et les personnes qui revenaient dans la journée étaient un peu perdues. » Le public est attendu dès vendredi avec la présentation des pilotes. Le samedi matin sera consacré à la séance d’essais, avant le départ fixé à 15H30. Les pilotes seront sur l’eau pendant douze heures le dimanche (9H30-21H30) et six heures le lundi (10H-16H). Guillaume Blessel, pilote du team RBI, explique que la nouvelle formule n’est pas plus facile pour les concurrents. « On a un peu moins d’adrénaline, précise-t-il. Mais c’est plus physique sur trois jours nerveusement. » Il explique qu’il est difficile de se remettre dans un état d’esprit de course après une neutralisation, surtout le troisième et dernier jour.

 

Ci-dessous, en vidéo, retrouvez l’interview du pilote Guillaume Blessel (RBI).


 


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction