Premier maître Della Fazia, navigateur

Lundi 10 juin 2013 à 15h50

Premier portrait de notre série sur la Marine nationale, à la rencontre de l'équipage du patrouilleur de service public Flamant. 


crédits photo: Alexis Courcoux

Il y a 12 ans, loin de ses terres, Fabrice Della Fazia découvre Brest un matin d’hiver pluvieux et froid. Un pur hasard. Le Marseillais venait d’abandonner ses études d’économie à Aix-en-Provence au niveau de la maîtrise. Son rêve d’enfance allait se réaliser. Entrer dans la Marine nationale et quitter le giron de sa famille d’origine italienne. A 36 ans, voici le Premier Maître à bord du PSP Flamant comme Navigateur, la spécialité qu’il a toujours voulu exercer : « Au départ, je rêvais de bateaux qui partaient de longs mois pour pouvoir voyager. J’ai commencé dans le golfe de Guinée, au large de la Côte d’Ivoire, sur un transport de chalands de débarquement qui s’appelait l’Ouragan. Je suis parti ensuite deux années à la Réunion. C’est à ce moment-là qu’ont débuté mes affectations sur des patrouilleurs. Après mes cours de chef du quart à Lanvéoc-Poulmic, où la formation se déroule sur un an avec des semaines à la mer, j’ai effectué deux stages à Toulon. Un sur une frégate que j’avais beaucoup apprécié, et un autre sur un patrouilleur. Finalement, cela me convenait bien ».
Depuis 5 ans, il réside en haut de la Basse-Normandie, à Cherbourg, avec bonheur puisqu’il y a rencontré sa compagne : « Marseille ne me manque pas trop. De toute façon, c’est comme lorsqu’on part en mer, on est souvent heureux de rentrer. Je suis parfois comme un chat dans un coffre de voiture ».


Après des missions de contrôle des pêches, de VIGIMER ou un exercice anti- pollution au large de Dunkerque avec des marines étrangères, Le Flamant est donc sur la Solitaire du Figaro-Éric Bompard Cachemire en ce mois de juin. La Marine nationale étant le partenaire historique de l’épreuve reine des solitaires depuis plus de 25 ans. « A bord, nous sommes cinq chefs du quart. Deux officiers et trois officiers mariniers. Actuellement, on tourne donc par cinquièmes. C’est ma 4e mission sur la Solitaire. J’ai commencé en 2009 avec le PSP Cormoran. Forcément, je connais les personnes qui vivent dans l’environnement de la course. Il y a même quelque chose de sympa, ma mère est du même village entre Rome et Naples que le cadreur vidéo cette année. Notre bâtiment étant le bateau suiveur où travaillent les médias, je connais leurs contraintes et demandes. En ce sens, pour les manœuvres d’approche, lorsque nous devons aller à la rencontre d’un bateau pour faire vidéos et photos, j’ai plus confiance en moi. Sous certaines allures, sous spi avec un vent soutenu par exemple, les Figaro peuvent faire de jolies embardées. Sachant que la limite c’est de ne pas les toucher nous nous devons d’être prudent », ajoute Fabrice Della Fazia en souriant.
Midi approche, le Premier-Maître va prendre son quart. La brume n’est pas encore très épaisse. Consignes prises, l’œil sera quand même fixé en premier sur le radar en passerelle. Quatre heures de vigilance vont s’enchaîner avec comme maître-mot, la sécurité.
 


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction