La fonte des neiges complique la décrue dans le Sud-Ouest

Mercredi 19 juin 2013 à 17h20

C'est un phénomène exceptionnel: un hiver à rallonge et un printemps tardif ont retardé la résorption du manteau neigeux au dessus de 2000 mètres. Sa fonte en juin aggrave la situation dans une région aux sols déjà détrempés.


crédits photo: AFP

Comme pour les inondations meurtrières d'Europe centrale, la fonte des neiges tardives a aggravé une situation déjà exceptionnelle. Lorsque les inondations sont arrivées, le manteau neigeux des Pyrénées, évalué à deux fois plus important que la normale en avril, était encore conséquent. Le 12 juin dernier, il était de 2.30 mètres à 2000 mètres sur le massif de l'Ossau. Les pluies et les températures positives jusqu’à plus de 2500 mètres d’altitude ont accéléré cette fonte tardive qui est venue grossir le débit des graves pyrénéens. La poursuite de cette fonte va encore ralentir le retour à la normale.

 

Situation extrême

 

L'autre facteur aggravant réside dans les sols détrempés qui ne peuvent plus absorber l'excédent d'humidité. Le mauvais temps de ces derniers mois a créé une situation explosive avec des pluies importantes et régulières pendant tout le printemps. Ainsi, depuis un mois à Pau, 130 mm de précipitations ont été enregistrées contre une moyenne de 90 mm au mois de juin. Ce cumul est  20% plus élevé pour les zones aux reliefs marqués. Aussi, les nappes phréatiques sont particulièrement hautes. Le niveau de celles des Hautes-Pyrénées est considéré par le Bureau de recherches géologiques et minières comme très supérieur à la normale et stable. Habituellement, les nappes commencent à se décharger au printemps sous l’action de la végétation en pleine croissance et des faibles recharges, dues à l’évaporation des précipitations sous l'effet de la chaleur, mais cette année est exceptionnelle pour l’ensemble de la France. Conséquence de cette situation extrême, la station de mesure de Lourdes a été emportée par les flots, après avoir dépassé de plus de un mètre la cote de son précédent record.

 

Pour les prochaines 48 heures, la région est donc sous très haute surveillance avec une autre journée de pluie ce vendredi. « Un vent venu de la mer va également compliquer l’écoulement des eaux fluviales », prévient Pascal Scaviner. A partir de ce week-end toutefois, une hausse marquée des pressions annoncera le retour d’un temps plus clément.
 


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction