Les kitesurfeurs misent aussi sur le foil

Mardi 25 juin 2013 à 07h52

Mots clés : ,

Même si leurs planches sont déjà toutes petites, les kitesurfeurs adoptent le must de la modernité vélique, le foil. Libérés des appuis directs sur l'eau, ils multiplient leurs performances.


A.CAIZERGUES. Crédits photo : SERAY/GDF

Si la mer porte le voilier comme l'a démontré Archimède, il y a un prix à payer. Les frottements de l'eau sur la coque limitent la vitesse. Les marins qui font de la course au large savent depuis longtemps qu'un foil – un plan porteur immergé – permet de soulever le bateau. En réduisant sa « surface mouillée », c'est le terme officiel, on augmente sa vitesse. Tabarly fût un précurseur, il a entre autre été à l'origine du projet de l'Hydroptère, le bateau qui vole au-dessus de l'eau, qu'Alain Thébault développe actuellement. Aujourd'hui, beaucoup de voiliers de course sont équipés d'appendices, les derniers en date étant les fabuleux AC 72 de la prochaine Coupe de l'America. Une révolution. Les kitesurfeurs s'emparent également de cette solution audacieuse qui les transforme en funambules. Ils n'ont pourtant pas de coque mais l'utilisation d'un foil leur permet de multiplier leurs performances. Alex Caizergues, plusieurs fois détenteur du record de vitesse absolue à la voile, a franchi le pas l'automne dernier : « J'ai découvert pour la première fois le foil à Douarnenez lors d'un Grand Prix Petit Navire. Mango Carafino, un des pionniers, faisait des démonstrations. C'était fou de le voir au-dessus de l'eau, même si à l'époque on allait beaucoup plus vite que lui sans foil ». Alex Caizergues franchit le cap en septembre dernier. « J'en avais envie depuis longtemps mais je craignais de me blesser une cheville ou un genou... ». Se balader à 30 nœuds un mètre au-dessus de l'eau comporte effectivement des risques.

 

Dans un filet d'air
 

« Aujourd'hui j'y consacre beaucoup de temps car je participe au GDF Suez kite tour, le championnat de France de speed-crossing, en catégorie foil. La sensation est unique. Cela ressemble à du tapis volant. Ensuite, c'est le silence qui surprend et séduit... dès qu'on est hors de l'eau, surtout dans le vent léger, on n'entend plus que le bruit de nos lignes dans le vent. Avec le foil, je peux naviguer facilement de 10 à 30 nœuds ». Le foil augmente également les performances ajoute le sportif. « On parcourt des distances beaucoup plus grandes, on remonte au près à des angles impressionnants et avec plus de facilité. » Mais c'est sans doute dans les vents très légers que le kitesurf équipé d'un foil est le plus impressionnant. Alex Caizergues vole au-dessus de l'eau à partir de 7 ou 8 nœuds, soit seulement 12 km/h de vent, une valeur extrêmement faible.

 

LIRE AUSSI:

Trois destinations de rêve pour le kitesurf

L'Atlantique nord en ligne de mire pour Bruno Sroka


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction