Un été frais sur les écrans des météorologues

Mercredi 26 juin 2013 à 14h39

L’Europe de l’Ouest ne devrait pas connaître de bel été en raison de la température des océans anormalement basse. Il reste toutefois une pointe d’espoir pour l’arrière-saison.


Le mois de juin vit ses dernières heures et pourtant les thermomètres refusent de grimper. On attend ainsi un maximum de 22°C ce samedi pour la moitié nord de la France. Or, l’avenir ne s’annonce pas plus rose avec des prévisions saisonnières qui se suivent et se ressemblent, de l’Europe aux Etats-Unis : l’été s’annonce frais et maussade. Pour Régis Crépet, météorologue spécialiste des prévisions saisonnières pour Météo Consult / La Chaîne Météo, il faut chercher la clef du problème du côté des océans. « Cette année, la température de l’eau de mer autour de l’Europe de l’Ouest est inférieure de deux à trois degrés aux normales de saison, indique-t-il. Ce qui est beaucoup car la mer ne se réchauffe pas en deux semaines, il lui faut beaucoup plus de temps que l’air. » Conséquence directe de cette fraicheur marine : les épisodes de chaleur peuvent durer deux à trois jours, grâce à un soleil estival au zénith, mais ils ne s’installent pas. « Il est toutefois envisageable d’avoir une belle arrière-saison, à partir de la deuxième quinzaine d’août, avec le réchauffement progressif de la température de la mer », remarque Régis Crépet. Mais en contrepartie, le temps pourrait devenir plus orageux.

 

De l’instabilité au Sud et à l'Est

 

Ces eaux plus fraiches que d’habitude jouent également un rôle sur les masses d’air qui circulent au-dessus de nos têtes. « Le froid est un facteur stabilisant de l’atmosphère », précise le prévisionniste. Voilà pourquoi l’anticyclone situé en Atlantique Nord et mentionné par les prévisionnistes de bulletin en bulletin, ne vient pas nous rendre visite : il reste là où est le froid. L’Europe de l’Ouest est donc balayée par une masse d’air froide venue du Nord-Ouest qui empêche la masse d’air chaude en provenance d’Afrique du Nord de remonter vers nous. Cette dernière bifurque donc vers l’Est et apporte des températures anormalement élevées en Hongrie, Russie ou même Laponie. Le 30 mai dernier, l’institut météorologique norvégien a ainsi relevé 29.1°C à la station de Nyrud, située à plus de 250 kilomètres au nord du cercle polaire. Enfin, entre ces deux masses qui séparent l’Europe en deux pour cet été 2013, on retrouve une zone intermédiaire et conflictuelle qui englobe notamment le Sud et l’Est de la France. Cela pourrait favoriser les phénomènes violents de type orageux sur un axe remontant de l’Aquitaine vers la Belgique, et notamment sur les Pyrénées.


Pour déterminer ces prévisions saisonnières, les météorologues du monde entier se réfèrent notamment aux modèles numériques climatiques. Il s’agit d’algorithmes basés sur des données collectées et synthétisées par l’organisation météorologique mondiale au niveau de l’atmosphère, des océans, mais aussi de l’humidité des sols ou de la surface enneigée et englacée.

 


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction