470 : Des filles prêtes à en découdre

Jeudi 4 juillet 2013 à 11h11

Mots clés :

Camille Lecointre et Mathilde Géron viennent de remporter les Jeux Méditerranéens, après avoir été sacrées championnes d’Europe en juin. Prochain objectif, les championnats du monde, à la fin du mois à La Rochelle. Mais la route est encore longue jusqu’aux Jeux de Rio en 2016. Figaro Nautisme a rencontré la barreuse, Camille Lecointre.


Figaro Nautisme : La 4ème place aux JO de Londres a été très décevante pour vous deux, même si on oublie souvent que c’est le meilleur résultat obtenu par des Françaises en 470 féminin. Dans quel état d’esprit avez-vous repris la compétition ?


Camille Lecointre : Nous étions effectivement déçues. Nous avons manqué la première journée, par manque d’expérience, ce qui nous a coûté une médaille. Après les Jeux, nous avons eu le besoin de faire une pause de quelques mois car nous n’avions pas arrêté l’entraînement et les compétitions pendant quatre ans. Lorsque nous nous sommes alignées à la Sailing World Cup de Hyères, en avril dernier, nous étions très décontractées et cela a payé.


Vous terminez en deuxième position, la pause vous a-t-elle fait du bien ?
 

Elle nous a permis de prendre du recul. Pour les Jeux, nous avions été sélectionnées très tard et nous avons manqué de temps pour nous préparer mentalement. Après la pause, tout s’est éclairci d’un coup, tout est devenu plus simple.
Les entraîneurs disent souvent qu’en 470, c’est la complicité de l’équipage qui fait la différence. Qu’en pensez-vous ?
Ces quatre dernières années, Mathilde et moi formions un équipage nouveau. Il restait plein de détails à caler. Petit à petit, nous avons construit des automatismes. Aujourd’hui, pour se comprendre sur l’eau, nous n’avons plus besoin de nous parler. Nous avons acquis de la maturité et les concurrentes nous respectent davantage.


Après avoir survolé les championnats d’Europe en Italie, début juin, vous remportez les Jeux méditerranéens, c’est plutôt bon signe ?
 

Je pense qu’il ne faut pas s’emballer. Nous sommes dans une année post-olympique, de nouveaux équipages se forment, des jeunes arrivent et le niveau est encore très contrasté. Mais c’est certain que cela nous a fait du bien de battre à Formia les Néo-Zélandaises, les championnes olympiques en titre.


Quels est votre prochain objectif ?
 

Nous allons courir les championnats du monde cet été à La Rochelle. Tous les équipages auront repris la compétition et nous retrouverons les Britanniques, vice-championnes olympiques, ainsi que les Brésiliennes. Nous espérons bien continuer sur notre lancée et faire une médaille.


Les Jeux de Rio, c’est dans trois ans. Comment maintenir intacte la motivation jusque là ?

 

Nous souhaitons nous concentrer sur quelques objectifs très précis, comme les championnats du monde. Après ceux de La Rochelle, les championnats 2014 de Santander seront déterminants pour la sélection de l’équipe de France. Pour notre part, nous souhaitons prendre de l’avance et aller nous entraîner dès l’hiver prochain quelques semaines à Rio pour apprendre à connaître le plan d’eau. Nous sommes à la recherche de sponsors qui pourraient nous soutenir.
 

LIRE AUSSI:

Inoxydable 470


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction