Les alcootests débarquent sur les bateaux par la Suisse

Jeudi 11 juillet 2013 à 06h06

Curieusement, il n’y a pas de loi française pour la règlementation de l’alcoolisation en mer. La Suisse est dans le même cas pour ses eaux intérieures mais plus pour longtemps : le 1er janvier 2014, les plaisanciers helvètes seront soumis à la même règlementation que les automobilistes.


Crédits photo: PATRICK VALASSERIS / AFP

L’Etat fait la chasse au verre de trop sur la route mais pas sur la mer. Pourtant, le plaisancier alcoolisé se met autant en danger qu’un automobiliste, notamment avec les bateaux à moteur, et beaucoup plus après l’impact lorsqu’il est question d’assurer sa survie. L’été dernier, un plaisancier parti admirer le feu d’artifice de Juan-Les-Pins en a ainsi fait les frais lorsqu’il a voulu ramener son bateau, encastré sur un îlot rocheux et la coque percée sur plusieurs centimètres, à bon port. Ce sont finalement des touristes qui ont composé le numéro d’urgence pour sauver le marin alcoolisé et son équipage. « Les eaux intérieures françaises sont régies par les mêmes taux que pour les automobillistes mais en mer toute intervention auprès des plaisanciers est laissée à l’appréciation des autorités », nous explique-t-on dans un centre de formation au permis bateau. « C’est une disposition qui fait toujours sourire les élèves ! » Les affaires maritimes qui remarquent un cas d’ébriété manifeste ne sont pas non plus équipées pour mesurer un taux d’alcoolémie et doivent faire appel à un officier de police judiciaire pour faire souffler le plaisancier repéré dans un ballon.
Faisant face à la même situation sur ses eaux intérieures, la Suisse a donc décidé de légiférer. A partir du 1er janvier 2014, tout navigateur contrôlé par la police cantonale, qui dépassera le seuil des 0,5 pour mille se verra contraint de payer une amende, et son permis de navigation lui sera retiré au-delà d'un taux de 0,8 pour mille. Mais cette décision ne fait pas l'unanimité auprès des plaisanciers qui s'interrogent sur la pertinence et la mise en œuvre d'une telle mesure. Ainsi un internaute, s'exprimant sur le site internet du journal suisse 24 Heures, se demande comment fera le navigateur qui se voit retirer son permis, à la suite d'un contrôle. "Il fait comme les automobilistes? Il laisse son bateau sur place et rentre à pied?", s'interroge-t-il, non sans humour.
 


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction