La fin d’un porte-conteneurs au destin d’Highlander

Jeudi 11 juillet 2013 à 14h17

Ce jeudi, le porte-conteneurs brisé MOL Comfort a coulé au large des côtes indiennes. Depuis un mois, son armateur essayait de sauver son navire et de comprendre son accident.  


Le MOL Comfort . Crédits photo: AFP

Il y a un mois, le porte-conteneurs MOL Comfort n’était qu’un navire de marchandises comme les autres, en provenance de Singapour et à destination de l’Arabie Saoudite. Mais une brèche en son milieu a lancé une série de péripéties invraisemblables. Le 17 juin dernier, le navire, construit en 2008, s’est cassé en deux sans pour autant couler. L’avant va parcourir une centaine de kilomètres par jour pendant sa dérive, l’arrière 75 kilomètres. Les experts n’ont pas caché leur perplexité devant ce navire récent qui se brise sans explication apparente puis reste à flot avec la majeure partie de sa cargaison à bord. De son côté, l’armateur japonais n’a pas souhaité préciser la nature des marchandises transportées par son navire de 316 mètres mais il est possible de repérer quelques conteneurs Hyndai sur les photos envoyées par les autorités indiennes.

 

Un remorquage chaotique

 

Des remorqueurs sont aussitôt dépêchés sur place pour stopper ces deux morceaux de bateau, à la dérive sur un océan Indien fortement agité. Alors que le sauvetage s'organise pour la proue, la partie arrière commence à montrer des signes de faiblesse et une pellicule huileuse s’échappe de ses cales. Cette motié de bateau finit par couler le 27 juin dernier, entraînant avec elle 1.700 conteneurs et 1.500 tonnes de carburant. Quelques jours plus tard, c'est le sauvetage de la partie avant qui tourne au désastre. En effet, le mois de juillet commence par la rupture du câble de remorquage et une dérive de deux jours vers les côtes indiennes. C'est finalement un incendie qui a précipité ce jeudi ce qui restait du MOL Comfort par 3.000 mètres de fond.

 

Six bateaux jumeaux au coeur de toutes les attentions


L'armateur japonais du MOL Comfort a lancé une enquête avec le constructeur du navire. Il s'agit de comprendre pourquoi un navire récent s'est soudainement cassé en deux. "Il y a une grande perplexité autour de cet accident", a confirmé Philippe Boisson, de la division mer du Bureau Veritas, seule société de classification française avec 10.000 navires. "On peut imaginer que les navires se cassent en deux quand ils sont touchés par la corrosion ou qu'ils sont vieux, mais pas quand ils sont récents", a-t-il assuré, soulignant cependant que des problèmes peuvent survenir au moment du chargement. "Est-ce que les conteneurs étaient trop lourds et où étaient-ils situés? C'est un gros point d'interrogation". Les mauvaises ou fausses déclarations ne sont en effet pas inhabituelles au moment du chargement. Le spectaculaire accident du MOL Comfort pourrait servir d'exemple au sein de discussions engagées à l'Organisation maritime internationale (OMI) sur le fait de rendre obligatoire la pesée des conteneurs avant chargement. De son côté, l'armateur a décidé de renforcer les coques des six navires jumeaux du MOL Comfort, sans attendre les résultats de son enquête.

 


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction