Météo: Une canicule est-elle possible ?

Dimanche 14 juillet 2013 à 06h32

Une période de beau temps inhabituellement durable s'est installée sur la France depuis le 1er juillet. Jusqu'à demain soir, les températures s'annoncent même très élevées. Peut-on pour autant craindre une canicule ? La réponse de Régis Crépet, prévisionniste pour Météo Consult / La Chaîne Météo.


Crédits photo: Pascal Guyot / AFP

Les vacanciers de cette première quinzaine de juillet sont particulièrement gâtés par la météo, alors que les prévisions restaient pessimistes à l’issue d’un mois de juin maussade. Nous vivons une période particulèrement sèche sur la moitié nord et ponctuée de quelques violents orages dans le sud-est. Si les températures sont très chaudes de l’Aquitaine à la vallée du Rhône, la chaleur est tempérée sur la moitié nord par un vent de nord-est assez sensible. D’ailleurs, en se rapprochant des côtes de la Manche et de la mer du Nord, ces températures sont tout juste de saison. Ailleurs, elles sont quand même supérieures de 4 à 5°C.

 

Une histoire d’anticyclone

 

Le risque de canicule nous a frôlé avec de très fortes chaleurs solidement installées sur la péninsule ibérique, le Portugal ayant connu autour du 7 juillet des records de chaleur avec 40°C à Lisbonne. "Ce qui nous a évité une canicule jusqu'à présent, explique Régis Crépet , c’est la position des centres d’action, et en particulier de l’anticyclone." Depuis le début du mois, un prolongement de l’anticyclone des Açores s’est installé jusqu’au niveau des îles britanniques et de la mer du Nord, sans réellement bouger. Cette position génère un petit flux de nord-est sur une bonne moitié de la France, freinant un peu les ardeurs de la chaleur, et à l’opposé, une dépression thermique - c’est à dire formée par la chaleur - se maintient sur la péninsule ibérique, ce qui fait remonter de l’air plus chaud sur nos régions méridionales . Mais là aussi, les orages ont joué les modérateurs, empêchant des températures trop excessives.
Au final, même s’il fait réellement chaud dans le sud, avec une étonnante durée de nuits tièdes et de journées chaudes, l’ambiance est loin d’être aussi torride qu’en certaines années, telle que 2006, avec le mois de juillet le plus chaud jamais enregistré, ou même août 2009, où des pointes à 40°C étaient fréquentes. Cette fois-ci, nous nous maintenons entre 30° et 36° dans le Midi et entre 22° et 29° sur la moitié nord. Les seuils de températures qui définissent une canicule, de nuit comme de jour, ne sont pas atteints.

 

La canicule est un accident météorologique plutôt rare

 

Pour qu’un épisode de canicule s’installe sur la France, comme en 1983 et 2003, il faut que l’anticyclone se décale davantage vers l’est, sur l’Europe Centrale, et que la dépression de la péninsule ibérique s’étende vers le golfe de Gascogne : dans cette configuration, les vents s’orientent alors au sud, et la chaleur torride remonte sur notre pays, jusque sur l’Angleterre. Notre double infographie illustre la situation que nous connaissons actuellement par rapport à un cas de canicule. Or, aussi loin que portent nos prévisions, cet anticyclone scotché sur les îles britanniques ne semble pas devoir bouger. Il fera encore beau au moins jusqu’au 20 juillet sur la France, avec toujours cette situation identique : des chaleurs tempérées par un petit vent sur la moitié nord, au prix d’une sécheresse qui s’installe, et un temps plus chaud mais souvent orageux dans le sud. Au final, le mois de juillet devrait alors présenter des températures supérieures aux moyennes de saison ainsi qu’un ensoleillement excédentaire, surtout sur la moitié nord, au plus près de l’anticyclone.


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction