Ces différentes espèces de requins qui nous menacent

Jeudi 18 juillet 2013 à 11h00

Mots clés : ,

Après la capture d'un requin bouledogue de plus de 3 mètres mercredi soir à La Réunion, faisant suite à l'attaque mortelle d'une baigneuse, Figaro Nautisme fait le point sur la dangerosité de ces squales. En effet, les requins ne représentent pas tous un danger pour l'homme, seules six espèces sont parfois impliquées dans des attaques.


Un requin Blanc. Crédits photo: CARL DE SOUZA / AFP

Si c'est vraissemblablement un requin bouledogue qui est à l'origine du drame qui s'est déroulé à La Réunion le 15 juillet dernier, toutes les espèces de requins ne sont pas dangereuses pour l'homme, loin de là. « Les requins forment une grande famille qui comporte plus de 500 espèces. On en découvre de nouvelles chaque année. C’est une famille très importante qui n’a pas encore livré tous ses secrets », rappelle Olivier Dufourneaud, chargé de mission pour la protection des océans au sein de l’Institut Océanographique de Monaco. Les requins sont présents pratiquement dans toutes les eaux du globe, des tropiques au Groenland ou en Arctique ». D’ailleurs, certains, à l’instar du requin bouledogue s’acclimatent également aux eaux saumâtres ou douces et peuvent remonter de grands fleuves comme l’Amazone sur plusieurs centaines de kilomètres. « Ces 500 espèces de requins affichent des caractéristiques très variées. Leur taille peut varier d’une vingtaine de centimètres à une quinzaine de mètres pour le requin baleine qui est le plus gros poisson connu à ce jour ».

 

Mais fort heureusement, sur ces 500 espèces, toutes ne présentent pas un danger pour l’homme. « Selon les statistiques mondiales, on considère que six d’entre elles représentent un risque significatif pour l’homme. 80% des espèces ne dépassent pas 1,60 m de long et ne présentent donc pas de risque mortel pour l’homme, vu leur taille et leur puissance. C’est également le cas de plus gros spécimens tels que le requin pèlerin, qui sont planctonophages, tout comme les baleines. La majeure partie des requins est donc inoffensive ». Outre le grand requin blanc, bien connu depuis la sortie du film « Les dents de la mer », on retrouve parmi les requins présentant un réel danger pour l’homme le requin bouledogue, le requin tigre et le requin taureau. « Ces quatre espèces sont les plus dangereuses car elles ont tendance à se rapprocher des côtes, précise Olivier Dufourneaud. Ces requins vivent à une dizaine de mètres de profondeur au niveau du début des côtes sous-marines, qui peuvent être assez proches des zones de pratique d’activités nautiques telles que la plongée ou le surf ». A noter que l’on retrouve la majeure partie de ces requins sous les tropiques. « Les requins bouledogues et tigres gravitent principalement autour de La Réunion et du Brésil, alors qu’en Afrique du Sud et en Australie, c’est le grand requin blanc qui sévit. Ils se répartissent le long des tropiques mais on peut également en trouver dans des eaux plus tempérées. On trouve des grands requins blancs jusqu’en Méditerranée mais ils n’y sont que très peu observés et ne sont que très rarement impliqués dans des attaques ». Deux autres espèces sont également considérés comme une menace pour l’homme : le requin océanique et le requin taupe bleue, des requins pélagiques qui vivent en pleine mer par plusieurs centaines de mètres de fond. « Le risque d’en rencontrer un est minime, sauf en cas de naufrage ou si l’on se retrouve en situation exceptionnelle sans protection en pleine mer », poursuit-il.

 

Selon Olivier Dufourneaud, les attaques de requins peuvent être dues à plusieurs facteurs. « L’homme ne fait pas partie de leur menu habituel mais les requins peuvent devenir un danger pour plusieurs raisons, à commencer par la présence humaine accrue en mer. Il y a de moins en moins de requins à cause de la pêche et de la sur-pêche mais à l’inverse, il y a de plus en plus de pratiquants d’activités nautiques. Et la population côtière a explosé dans ces régions du globe, du coup, les rencontres entre requins et hommes sont de plus en plus fréquentes, souligne-t-il. Les requins peuvent également se rapprocher des côtes suite à des perturbations diverses et variées, que ce soit la destruction de leur milieu de vie naturel, les rejets en milieu marin ou encore les déchets liés à la pêche qui peuvent aiguiser leur appétit. Ce genre de facteurs peuvent accroître les risques d’accident ».

 

 LIRE AUSSI :

La météo influence-t-elle les requins ?


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction