Un nouveau port de plaisance en Méditerranée

Lundi 29 juillet 2013 à 19h54

La Seyne-sur-mer engage un projet de réhabilitation du quartier des anciens chantiers navals.


Petit événement dans le monde de la plaisance. Alors qu’aucun nouveau port de plaisance n’a été construit sur la Côte d’Azur depuis celui de Port Fréjus en 1993, La Seyne-sur-Mer signe ce lundi une délégation de service public pour la conception, la construction et l’exploitation d’un nouveau port de 600 anneaux et 120 places de ports à sec. Elle en avait accordé une en 2007, mais le groupement Cari-Altarea-Sodeports qui avait été choisi avait déclaré forfait. Aujourd’hui, c’est la Sifa, une société marseillaise, alliée à Suez-Lyonnaise des Eaux (pour l’exploitation) et Orange, qui a emporté le marché de trente ans. Elle s’est engagée à investir 41 millions d’euros qu’elle finance grâce à l’amodiation sur très longue durée de cinq places pour les yachts de 45 à 50 mètres (35 %) et de l’endettement. Une petite bouffée d’oxygène pour la plaisance en Méditerranée : 22 000 demandes d’anneaux sont en liste d’attente rien qu’en région Provence-Alpes-Côte d’azur.

Ce nouveau port est une des dernières pièces de l’aménagement des 40 hectares et 4 kilomètres de bord de mer du site des anciens chantiers navals de la Normed fermés en 1989. Après plusieurs projets avortés, cette portion de littoral à deux pas du centre ancien est en train de renaître. Un parc de 4 hectares et un hôtel 4 étoiles sont déjà ouverts. Les travaux de construction du Casino Joa démarrent fin août (20 millions d’euros d’investissement). Ceux du nouveau port de plaisance suivront. Ainsi que la transformation de l’ancien atelier de mécanique des chantiers navals en hôtel, deux brasseries, deux restaurants, un multiplexe de cinéma, des commerces, attribuée jeudi à un groupement (Immochan/CGR Cinémas/AOA/Burgeap) qui prévoit d’investir 42 millions d’euros. L’aménagement est complété par un nouveau quartier de 4 000 logements pratiquement achevé par Constructa. Une zone d’entreprises liées à la plaisance, des instituts de formation… Sans compter les logements, ce sont 180 millions d’euros qui auront été investis.

"Trente ans après la fermeture des chantiers, une vie nouvelle s’ouvre sur un site qui a toujours été le cœur de la ville," commente le maire Marc Vuillemot. Les sensibilités politiques qui se sont succédé ont bien compris que la réhabilitation économique passait par un bien précieux, la mer. Le port est un moyen de soutenir d’autres secteurs économiques directement liés, comme les vendeurs de bateaux ou les chantiers navals mais également tous les commerçants du centre-ville. »

 

Gestion dynamique

 

Pour la Sifa, c’est une carte de visite lui permettant de se développer dans ce secteur. " Aujourd’hui, il est quasiment impossible de faire un nouveau port mais d’ici à 2020, de nombreuses concessions de ports de plaisance vont venir à expiration. Devant les travaux de modernisation à faire, les collectivités qui les gèrent pourraient bien choisir d’opter pour des DSP ", commente Denis Arcoskanzo, président de la Sifa qui veut faire du port de La Seyne « le prototype du port de XXIe siècle » avec une gestion dynamique des places de port, louées uniquement et à un prix dégressif en fonction du nombre de jours de sortie du port, les places libérées étant relouées. Un moyen selon Denis Arcoskanzo de tripler le chiffre d’affaires.

 

LIRE AUSSI:

L'extension du port de La Rochelle rime avec modernisation


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction