Le défi fou d'Yvan Bourgnon

Dimanche 18 août 2013 à 13h03

Mots clés : , ,

Le 5 octobre prochain, le marin partira des Sables-d’Olonne, pour tenter de boucler le premier tour du monde en voilier non habitable de 6.3 mètres. Il sera accompagné de Vincent Beauvarlet, un Guadeloupéen qui a grimpé sur différents podiums internationaux en windsurf avant de goûter au catamaran.     


Yvan Bourgnon a commencé à penser à ce projet en franchissant le cap Horn, en 2012, avec un tel catamaran non habitable. "Deux à trois jours après le cap, j'ai dit à mes proches: c'est bon, le prochain défi c'est le tour du monde, se rappelle-t-il. Sur le moment, je l'ai lancé en rigolant mais cette idée folle a commencé à mûrir. A la fin de l'année, c'est devenu du concret ! " Yvan Bourgnon et son équipier espèrent réaliser leur défi sur onze mois, en parcourant 50.000 kilomètres avec une vingtaine d'escales. "Nous avons souhaité imaginer un vrai tour du monde au plus proche de l'Equateur, explique le marin. Avec un plus grand bateau, nous aurions été obligés de passer par le Grand Sud car le canal de Panama aurait été trop difficile à franchir. Mais là c'est possible. " Les escales sont déjà prévues, notamment celle de Guadeloupe pour que Vincent Beauvarlet puisse saluer ses proches, mais il y aura probablement de nombreux arrêts improvisés et d'autres annulés. En effet, les deux navigateurs ont décidé de revenir aux bases de la navigation en ne partant qu'avec un seul sextant et des cartes sur papier. 

 

Une navigation très précaire

 

"Nous n'aurons pas de grande précision pour notre positionnement donc nous allons sans doute découvrir des îles qu'on ne s'attend pas à croiser!" lance Yvan Bourgnon avec amusement. Cet équipement rudimentaire impose également de ne pas avoir d'information météo. "Je trouve que la voile d'aujourd'hui est un peu assistée, regrette le navigateur. Les skippers peuvent naviguer sans même avoir besoin de se repérer, sans observer les étoiles ou les nuages bouger. J'avais envie de prendre le contre-pied de tout cela. " Pour affronter les tempêtes qu'ils ne pourront éviter, les navigateurs ont choisi de construire un bateau très costaud. "Le mât sera assez léger pour pouvoir conserver une part de performance. On aime la vitesse et les sensations. Mais les coques sont pensées pour être très solides. Le principal, c'est que cette plateforme reste en place, à la Bombard, présente Yvan Bourgnon. Un bateau en configuration de radeau pourra toujours nous mener à la côte !"  Leur plus longue navigation sur ce catamaran sans aucun abri sera de quatre semaines, pour la traversée du Pacifique entre les îles des Marquises et l'archipel de Tuamotu. Le bateau ne présentant pas de cabine, les deux marins s'harnacheront à un banc pour dormir. "Comme dans un parc, il s'agit d'un banc à largeur d'épaule", précise Yvan Bourgnon. Ils ne seront qu'à un mètre au-dessus de la mer donc trempés par de nombreuses vagues. "Mais de toutes façons, en cas d'extrême fatigue, on finit toujours par s'endormir, assure-t-il. Et notre point fort, avec Vincent, c'est bien de pouvoir dormir dans n'importe quelles conditions. En revanche, l'état de notre peau nous inquiète plus car nous ne sommes pas des poissons ! " Les deux marins n'auront aucun abri pour se protéger du soleil et du sel. Une équipe de dermatologues les suivra donc de près pour observer les réactions de leur peau à ces agressions extérieures. "A vrai dire, les médecins n'ont pas pu nous donner de conseils, lâche Yvan Bourgnon. Cela n'a encore jamais été observé donc nous serons plutôt des rats de laboratoire pour eux." Le marin présente ces nombreuses difficultés avec le sourire et une évidente motivation. "Ce tour du monde, c'est un peu comme si on proposait à un alpiniste qui venait de grimper l'Everest: c'est bien mais maintenant il faut que tu enchaînes tous les sommets de plus de 8.000 mètres les uns après les autres !" Mais il assure qu'il y va avant tout pour s'amuser. "Il y aura beaucoup de plaisir, nous ne sommes pas que des kamikazes ! Je dirais qu'on va morfler pendant 20% du périple." Les deux marins seront suivis par un bateau média pour filmer leur exploit. "C'est une volonté du sponsor", précise Yvan Bourgnon avec une pointe de regret et en assurant vouloir faire comme si ce bateau n'existait pas. 

 

LIRE AUSSI:

L'Air Ethic 500, clin d'oeil pour Alain Bombard


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction