Les côtes menacées par les grandes marées

Mercredi 21 août 2013 à 17h43

La montée générale du niveau de la mer et l'érosion des côtes accentuent les risques de submersion liés aux grandes marées. Ce jeudi, la plus grande marée de l'année est de coefficient 109 et la prochaine marée du siècle approche à grands pas: elle est prévue le 21 mars 2015 (coefficient 118)


Une houle de huit mètres formée par un vent tempétueux venu du large, et nourrie par une grande marée, déferle sur le littoral. En quelques minutes, les polders de Charentes et de Vendée, situés au niveau de la mer, sont innondés. L'onde de tempête entraîne la rupture des digues et les eaux inondent de vastes surfaces dans l'intérieur des terres, sans pouvoir refluer vers la mer. Voici le scénario catastrophe Xynthia qui a provoqué la mort de 45 personnes en février 2010.

 

Davantage de communes répertoriées

 

Ces trois dernières années, les autorités avaient donc comme mission de revoir les cartes des zones submersibles en répertoriant tous les territoires situés sous le niveau de la mer d'une marée centenale - qui a une chance sur cent de se produire chaque année - en ajoutant 20 centimètres pour tenir compte de l'élévation du niveau de la mer liée au réchauffement climatique. Selon le ministère de l'Ecologie, 864 communes sont à considérer comme particulièrement vulnérables. Le département de la Manche, particulièrement concerné en raison de la longueur et de l'altitude de ses côtes, a vu le nombre de communes concernées augmenter pendant cette étude, réalisée grâce au système Lidar qui mesure l'altimétrie à quelques dizaines de centimètres près. Ce ne sont plus 187 mais 201 communes qui ont été répertoriées. Les digues autant que les dunes peuvent céder sous l'effet des vagues. 

"Certaines grandes villes risquent la submersion en cas de surcote, comme Caen, à l'estuaire de l’Orne, ou Nantes et Bordeaux, prévient Régis Crépet, prévisionniste pour Météoconsult - La Chaîne Météo. D’autres secteurs sont menacés par les inondations provoquées par la conjonction d’une grande marée et d’une crue fluviale. C'est ainsi le cas de Morlaix et Quimper dans le Finistère." Et les effets du réchauffement climatique sont susceptibles d'augmenter les risques. " Avec l’élévation du niveau moyen de la mer, les masses d’eau mises en mouvement sont encore plus à ras bord, rappelle Régis Crépet. Il faut savoir que la hauteur globale des vagues à tendance à croître depuis 20 ans. Les vagues géantes sont donc plus fréquentes au large et les tempêtes entraînent des houles plus hautes. " Un plan de renforcement de 1.200 kilomètres de digues a été mis en place en 2011. Il court jusqu'en 2016.

 

LIRE AUSSI:

Il y a trois ans, Xynthia ravageait la France

 

 

 

 

 

 


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction