Une belle arrière-saison en bord de mer

Samedi 24 août 2013 à 14h00

Mots clés :

Après un été remarquablement chaud, les prévisions saisonnières envisagent la persistance d’un temps estival jusqu’à la mi-septembre, avant des dégradations plus marquées ensuite.  


Plestin-les-grèves. Crédits photo: Emmanuel Berthier.

La dégradation qui s'installe sur la France ce samedi devrait se montrer provisoire, sans remettre en cause la persistance du beau temps estival en première quinzaine de septembre. "La semaine prochaine, l'anticyclone des Açores va chercher à s'imposer sur l'ouest de notre pays, observe Gilles Matricon", prévisionniste pour Météoconsult-La Chaîne Météo. Dans les semaines à venir, les hautes pressions resteront majoritaires sur les iles britanniques et la mer du Nord, garantissant du beau temps stable et un peu de vent d’est ou de sud-est, faisant remonter la chaleur jusqu’en Manche. Dans cette configuration, les orages devraient rester rares, et plutôt localisés dans le Golfe de Gascogne.


En deuxième quinzaine de septembre, les prévisionnistes envisagent un changement de temps. "Les grosses dépressions de l’Atlantique nord devraient commencer à plonger vers les iles britanniques, apportant de fréquentes perturbations et sans doute des coups de vent d’ouest en Manche et en Mer du Nord, nous explique Régis Crépet, prévisionniste pour Météoconsult - La Chaîne Météo.  Le Golfe de Gascogne sera concerné, mais de façon moins forte. L’arrivée d’un air plus frais jusqu’en Méditerranée se traduira là-bas par les premiers épisodes de mauvais temps pluvio-orageux - avec un risque d’épisode cévenol - entrecoupés de coups de Mistral : bref, ça va bouger !" La menace d’intempéries, à la fois en Gascogne et en Méditerranée, devrait se renforcer en fin de mois.

 

Les tendances à long terme


Pour la suite, les tendances envisagent un mois d’octobre assez frais, en bordure de l’anticyclone situé au large Atlantique : cette configuration laisse présager un vent de nord à nord-ouest dominant, apportant alors une alternance de belles journées fraiches et de quelques fronts froids porteurs de giboulées. En Méditerranée, la situation risque d’être plus délicate : en effet, l’irruption d’air frais au-dessus d’une mer encore tiède pourrait déclencher de fortes intempéries. "Des dépressions orageuses virulentes risquent de se former entre la Corse et le continent, et surtout sur l’Italie", analyse Régis Crépet. Entre ces dégradations, il faudra alors redouter quelques bons coups de mistral." Ensuite, la fin de l’automne est nettement moins fiable pour novembre, explique prudemment le spécialiste des prévisions saisonnières. La tendance perturbée reste de mise dans une ambiance devenant plus froide : des vents de nord-est pourraient descendre de Scandinavie, apportant les premières giboulées de neige en Manche et en mer du Nord, tandis qu’en Méditerranée, les épisodes pluvio-orageux marqués pourraient se poursuivre". L’arc Atlantique devrait rester globalement à l’écart du maximum d’agitation.

 

LIRE AUSSI:

Méditerranée: Une saison automnale à haut risque ?

Les baignades les plus surprenantes à travers le monde


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction