Polémique sur le sauvetage de la mer Morte

Lundi 26 août 2013 à 12h32

Mots clés : ,

Un projet destiné à déverser l'eau de la mer Rouge dans la mer Morte menacée d'assèchement et permettant d'approvisionner Israël, les Palestiniens et la Jordanie en eau désalinisée, suscite la colère des écologistes.


La mer Morte pourrait être asséchée d'ici 2050, alertent les scientifiques. La détérioration de cet écosystème unique a commencé dans  les années 1960 en raison de l'exploitation intensive des eaux du Jourdain, principal fleuve qui l'alimente, mais aussi de la présence sur ses rivages de nombreux bassins d'évaporation, utilisés pour l'extraction de minéraux précieux. Le niveau de la mer Morte, dont le littoral est partagé entre la Jordanie, Israël et la Cisjordanie occupée, baisse d'environ un mètre par an.

Le Premier ministre jordanien, Abdallah Nsour, a donc annoncé le lancement du projet destiné à fournir 100 millions de mètres cubes d'eau par an à son pays pour un coût total de 980 millions de dollars. Il s'agit de puiser l'eau de la mer Rouge à partir du golfe Aqaba (sud de la Jordanie). "L'eau désalinisée (dans une usine proche, ndlr) alimentera la ville d'Aqaba, et l'eau salée sera pompée vers la mer Morte", a détaillé le Premier ministre. Des quantités moindres seront transférées vers Israël et l'Autorité palestinienne. 

Cependant, les écologistes assurent que le projet de sauvegarde pourrait radicalement modifier la composition chimique unique de la mer Morte, formant des cristaux de gypse et introduisant des éclosions d'algues rouges. Un groupement d'associations, mené par l'ONG Friends of the Earth Middle East (FoEME), estime aussi que les nappes phréatiques de la vallée de l'Arava, dans le sud-est d'Israël, pourraient être contaminées en cas de fuite des conduites transportant l'eau salée.

 

De son côté, le gouvernement israélien a émis des réserves par la voix de son ministre de l'Environnement, demandant la mise en place d'un projet pilote à petite échelle pour évaluer les risques. Mais un test à échelle réduite ne serait pas à même de révéler la menace de l'ouvrage final pour l'environnement, alertent les écologistes. Côté palestinien, le projet soulève des oppositions plus politiques, l'Autorité palestinienne exigeant un accès élargi à la mer Morte afin d'y développer ses propres projets en Cisjordanie, occupée par Israël. "Nous aimerions avoir accès à la mer Morte, pas seulement pour avoir de l'eau et nager dedans, mais aussi pour construire des hôtels et développer une zone touristique", explique Shaddad Al-Attili, chef du département de l'Eau au sein de l'Autorité palestinienne, conscient de l'attrait touristique exercé par le lac salé, dont les qualités thérapeutiques sont réputées.

 

LIRE AUSSI:

Des surfeurs vent debout contre un projet minier

Une réserve marine en gestation dans l'Atlantique

 


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction