Méditerranée: Les plages les plus dangereuses de l'été

Mercredi 28 août 2013 à 07h12

Le plus grand danger de la Méditerranée est sans doute son air placide. Mais les pièges du littoral deviennent vite meurtriers.


Le département de l’Hérault, prisé pour ses plages interminables, paie un lourd tribut avec 50 noyades accidentelles, dont 18 décès, en 2012 et 10 accidents mortels pour le seul mois de juillet 2013. « Notre littoral se présente comme une plage infinie donc il est impossible de tout surveiller, rappelait alors Laurent Sagnimorte, responsable des nageurs-sauveteurs de la SNSM sur 15 kilomètres en face de Montpellier. Mais nous garantissons une assistance dans la minute sur notre zone de surveillance. Pourquoi les baigneurs n’en profitent-ils pas ? » La journée noire du 28 juillet dernier a vu sept hommes, âgés de 42 à 73 ans, se faire happer par une forte houle, alors que les drapeaux de couleur rouge ou orange avaient été hissés. Les accidents se sont produits à Palavas, La Grande-Motte, Valras-Plage, Vendres, Carnon et Sète. Le premier de la journée est arrivé en tout début de matinée, avant le déploiement des nageurs-sauveteurs. « S’il y a une leçon à tirer de ces événements, observe Pierre Lavoix, inspecteur général des sauveteurs en mer pour la Méditerranée, c’est qu’il faut encore renforcer la prévention localement. Si on se contente des pavillons de couleur, les baigneurs ignorent les dangers. Mais les mairies pourraient renforcer la prévention sur les plages. » Les rivages de l’Atlantique sont souvent plus dangereux que la Méditerranée mais les pièges de l’océan, comme les baïnes, sont connus.

 

Le 15 août, week-end de tous les dangers pour les plaisanciers

 

« Il faut prendre mes propos avec précaution car les bilans chiffrés ne seront publiés qu’à la fin du mois de septembre, formule prudemment Pierre Lavoix. Mais j’ai le sentiment que le mois d’août est un peu plus dangereux que le mois de juillet pour les plaisanciers. » L’inspecteur général de la SNSM évoque un week-end du 15 août « terrible » avec des stations qui sont sorties dix fois en quatre jours. Il s’agit de celles du Cap Corse, de Propriano, la station qui détient le plus de records du nombre de sorties à l’année, une station dans l’Hérault et une autre dans le Var. « Il y a eu de la précipitation de la part de plaisanciers qui souhaitaient profiter de ce long week-end, explique Pierre Lavoix. Et j’ai aussi l’impression que la crise a un impact direct sur ces avaries car certains bateaux partent avec un niveau d’entretien insuffisant. Il faudra le vérifier avec les bilans chiffrés de fin de saison. » En revanche, le responsable de la SNSM avance avec certitude sur l’évolution depuis dix ans du profil des personnes secourues. « Le développement de la location en Méditerranée a un impact direct sur le sauvetage car les plaisanciers sont moins expérimentés », explique-t-il. Les appels concernent des pannes souvent plus insignifiantes et plus près des côtes car les plaisanciers s’aventurent moins au large. " Nous avons même des appels pour des pannes sèches", relève Pierre Lavoix en rappelant qu’en cas d’avarie technique, qui n’implique pas de secours à la personne, les frais d’essence pour le déplacement de la vedette SNSM sont à la charge des plaisanciers.

 

LIRE AUSSI:

"Les noyades arrivent aussi par mer calme"

La série de noyades s'allonge


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction