Océan Pacifique: Après l'inquiétude, place à la colère

Mardi 3 septembre 2013 à 14h29

Réunis en sommet, les archipels du Pacifique Sud ont appelé les grandes nations polluantes à l'action face à un changement climatique qui les menace directement.


Crédits photo: Johnson Giff / AFP

Ce mardi, le Forum des îles du Pacifique a officiellement ouvert ses portes sur les îles Marshall. L'occasion pour les pays du Pacifique Sud de relancer les efforts internationaux, aujourd'hui quasiment à l'arrêt, pour enrayer le réchauffement climatique et la montée des océans. "Nous voulons que ce soit un Forum des îles du Pacifique où la région dise haut et fort "ça suffit", a déclaré Tony de Brum, vice-président de l'archipel. "Le pourtour du Pacifique est la source de plus de 60% des émissions mondiales, et ça continue d'augmenter. C'est un champ de bataille capital pour la guerre contre le changement climatique." Le Premier ministre des îles Cook, Henry Puna, a évoqué un sentiment d’abandon et les « frustrations ressenties par le passé en étant regardés de haut, ignorés et sous-estimés. »

 

Pour que la fuite ne soit pas la seule solution

 

Les archipels des Tuvalu, des Kiribati et des îles Marshall ne sont situés qu’à un mètre au-dessus de l'eau donc la montée des océans est une menace réelle et à court terme. Ainsi, les Kiribati ont réfléchi à une migration en masse de la population mais la fuite n’est pas la solution, rappelle ces nations. Ainsi, le président des îles Marshall, Christopher Loeak, a lancé un vibrant plaidoyer pour la survie de son archipel affecté par une grave sécheresse et des tempêtes. "A tous les habitants des Marshall et aux peuples du Pacifique: ma terre est ma patrie, mon héritage et mon identité", a-t-il lancé à l’ouverture du Forum. "C'est mon pays et j'y resterai à jamais. Que l'eau vienne!".
Une étude, publiée début juillet dans la revue de l'académie des sciences américaine, estimait que 10% de la population mondiale pourrait être durement affectée en 2100 par les conséquences du réchauffement climatique, si aucune baisse des émissions de gaz à effet de serre n'est enregistrée d'ici là et si la température augmentait en moyenne de 4 degrés Celsius par rapport à la période 1980-2010.
Concrètement, les pays membres du Forum doivent se mettre d'accord cette semaine sur une déclaration, à présenter au secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, lors de l'assemblée générale à New York, fin septembre. Des représentants des États-Unis, de la Chine, de l'Union européenne, de l'Inde et de la Russie sont également attendus à partir de ce mardi pour le Forum.
 

LIRE AUSSI:

Ces îles qui pourraient disparaître

Les plus belles plages en voie de disparition

 

 


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction