Les rois sèment encore la zizanie aux Antilles

Vendredi 20 septembre 2013 à 14h41

Une proposition de loi adoptée ce jeudi entend résoudre une situation héritée de l'ancien régime. Il s'agit des "cinquante pas du roi", une bande de terre où se sont installés des habitants, sans titre de propriété.


crédits photo: Jean-Michel André / AFP

Sous l'Ancien Régime, cette zone dite des "cinquante pas du roi" - de 82 mètres à partir du rivage - avait été créée pour protéger les Antilles. Il s'agissait alors d'une réserve domaniale inaliénable, attestée par des écrits datant du XVIIe siècle. Elle était destinée à la défense, à l'approvisionnement, à l'entretien des navires et à la communication. Pas du tout à l'habitation. Puis, dès la fin du XVIIIe siècle, des marins, des réparateurs de navires, des menuisiers ont été autorisés à se loger avec leur famille sur la bande côtière. Enfin, avec l'abolition de l'esclavage au XIXe, les travailleurs des plantations affranchis se sont dirigés vers ces terres disponibles.

 

Aujourd'hui, l'Etat aimerait régulariser la situation des habitants de ces constructions élevées sans titre de propriété pour le terrain. Pour cela, ils ont créé des agences spécialisées mais celles-ci doivent fermer au 1er janvier prochain. La proposition de loi souhaite donc prolonger de deux ans leur durée de vie. Il s'agit de prendre le temps suffisant pour trouver des solutions avec les communes et les milliers de citoyens concernés, majoritairement âgés et pauvres. Ces zones, souvent situées dans des centre-villes, abritent aussi bien des bâtiments publics que privés et de toute nature avec notamment des cimetières.

 

 

 

 


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction