Méditerranée : l'automne une saison à orages ?

Dimanche 1 décembre 2013 à 08h30

Mots clés :

Les orages sont étroitement liés à la perception que l’on se fait d’un temps estival, synonyme de chaleur. Or, l’actualité météo nous rappelle que c’est loin d’être le cas : il en va de la Méditerranée, où les orages les plus violents et les plus nombreux éclatent en ce moment sur tout le bassin, avec une saison statistique focalisée sur l’automne. Est-ce donc normal d’assister à ces phénomènes violents à cette époque de l’année ? Figaro-Nautisme a voulu en savoir plus sur cette particularité.


Les intempéries sont fréquentes au sud-est de la France en automne. Sur cette carte figure les principaux risques et quelques dates de récents phénomènes violents. La période critique s’étend de septembre à fin novembre.

Les temps d’orages sont plutôt associés à l’été dans l’inconscient collectif ; c’est d’ailleurs majoritairement le cas, car il faut de la chaleur pour nourrir les orages. Mais c’est surtout vrai dans l’intérieur des terres et à fortiori en montagne : lorsque le soleil chauffe le sol, l’air chaud s’élève, entraînant des courants ascendants. En prenant de l’altitude, l’air se refroidit et la condensation forme les fameux nuages d’orages bourgeonnants bien reconnaissables de la famille des cumulus.

 

De la chaleur et de l’humidité

La chaleur et l’humidité sont les carburants essentiels pour que se forme un orage. En saison estivale, ces conditions sont particulièrement réunies sur les surfaces continentales. Mais pendant ce temps, les mers et les grands lacs restent plus frais, ce qui inhibe la « convection », c’est à dire les mouvements ascendants. Ainsi, les orages sont beaucoup moins fréquents sur les littoraux que dans l’intérieur des terres en été, sauf dans le cas d’un passage d’un vigoureux front froid qui balaiera toutes les régions sur son passage.

Par contre, entre la fin de l’été et le début de l’hiver, c’est l’inverse qui se produit : les surfaces continentales ont tendance à se refroidir avec l’avancée dans l’automne, tandis que les mers restent plus chaudes beaucoup plus longtemps, par effet d’inertie. Ainsi, la chaleur de la mer et son humidité sont restituées dans l’atmosphère avec de vigoureux courants ascendants qui forment les Cumulo Nimbus sur la mer.

Les statistiques sont éloquentes, si l’on observe des orages toute l’année à Ajaccio par exemple, c’est en octobre et en novembre qu’ils sont les plus nombreux (5 jours d’orage par mois d’automne contre 2 jours en été), alors que dans les terres, à Lyon par exemple, il y a en moyenne 7 jours d’orage en août et seulement 1 en octobre. Le rôle de la mer, notamment la Méditerranée (car plus chaude) est primordial.


Des situations explosives

En Automne, les intempéries deviennent récurrentes sur l’ensemble du bassin méditerranéen en raison de l’arrivée des premières masses d’air froid au-dessus des eaux encore chaudes. Ces contrastes thermiques entraînent la formation de grosses dépressions, comme celles qui secouent l’Italie et les Balkans cette saison. Ces dépressions génèrent des vents tempétueux, des pluies torrentielles, des orages de grêle et des trombes. Avec l’air froid, la neige a même recouvert les montagnes des arrières-pays, y compris l’Etna, en Sicile. Notre littoral français est exposé à deux types d’intempéries en Automne : les orages accompagnés de trombes sur la Corse et la Côte d’Azur, tandis que le Languedoc-Roussillon est davantage exposé aux redoutables « épisodes cévenols ». Ce dernier correpond à de fortes pluies poussées par les vents marins, qui viennent se bloquer durablement contre les reliefs de l’arrière-pays. Ces phénomènes peuvent être très violents, ils sont assez régulièrement la cause de nombreux dégâts (inondations, dégâts liés aux vagues), et parfois même meurtriers. Dans une moindre mesure, nos autres littoraux subissent aussi davantage d’orages en saison froide qu’en été, notamment en Manche et mer du Nord, lors des fameuses giboulées déversées par les ciels de traîne.

 


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction