Retour à la civilisation du naufragé du Pacifique

Lundi 3 février 2014 à 14h25

Mots clés : , ,

Le pêcheur qui a été retrouvé en fin de semaine dernière après 14 mois de dérive dans l'Océan Pacifique a pu raconter son incoyable aventure. Il assure avoir survécu en mangeant des oiseaux, du poisson et en buvant du sang de tortue. Les autorités ont toutefois recueilli son témoignage avec prudence.


Crédits photo: Hilary Hosia / AFP

C’est une de ces histoires que notre monde moderne nous offre de plus en plus rarement. Le Robinson du Pacifique, retrouvé en fin de semaine dernière sur un îlot du Pacifique, assure avoir dérivé pendant plus d’un an sur son bateau de 7 mètres. Il a maintenant retrouvé la civilisation à Majuro, capitale des îles Marshall.

Selon les nombreux témoins venus l’accueillir, l'homme s'est lentement avancé avec l'assistance d'un infirmier sur la passerelle du patrouilleur de la police venu le récupérer sur l'atoll isolé d'Ebon, où s'est échoué jeudi dernier son bateau de 7 mètres.
Un millier de curieux s'était massé sur le port de Majuro pour voir le miraculé. Il a furtivement salué, souriant, avant d'être emmené vers l'hôpital local pour y subir des examens approfondis.

Le naufragé a confié à l'ambassadeur américain Thomas Armbruster être originaire du Salvador mais résider au Mexique depuis 15 ans. « Il prétend être un pêcheur de crevette et de requin », a expliqué M. Armbruster qui a servi de traducteur aux autorités des Marshall. Il a l'air en meilleur état que ce qu'on pouvait penser ». L'ambassadeur a écouté le témoignage du naufragé avec prudence, étonné par l'allure peu émaciée du naufragé. " Mais c’est également difficile d’imaginer comment quelqu’un pourrait arriver à l'improviste à Ebon (un îlot isolé de l’océan Pacifique, ndlr). Cet homme a sûrement vécu une épreuve et passé un certain temps en mer." Même perplexité pour Jack Niedenthal, un cinéaste qui vit à Majuro et qui a pu s'entretenir brièvement avec le naufragé: "Il a du mal à marcher, ses jambes sont très maigres. Je ne suis pas capable de dire si c'est un canular. J'ai l'impression que ce gars a passé un sacré bout de temps en mer."

 

Tortues, oiseaux et poissons au menu

 

L'homme, qui ne parle pas anglais, a indiqué à des agents du ministère des Affaires étrangères des îles Marshall s'appeler José Salvador Albarengo, être âgé de 37 ans et vivre à Tapachula, dans l'Etat du Chiapas, près de la frontière avec le Guatemala.
Employé d'une société de pêche appelée "Camaronera de la Costa", il affirme avoir quitté le Mexique le 24 décembre 2012 pour aller pêcher le requin avec un autre pêcheur lorsque des vents forts les ont éloignés de la côte et leur ont fait perdre leurs points de repère. Son compagnon d'infortune, un garçon âgé de 15 à 18 ans prénommé "Xiquel", serait mort de faim au bout de quelques semaines faute de pouvoir consommer de la viande d'oiseau crue. Il affirme ne pas avoir rencontré de rivage pendant toute sa dérive. "C’était très placide avec juste deux jours de grosses vagues", a-t-il assuré.

 
Si les circonstances de son errance dans les eaux du Pacifique demeurent encore mystérieuses, les autorités commencent à avoir une idée de son état civil, selon le chef des services d'immigration des îles Marshall. « Nous avons obtenu des informations sur des membres de sa famille au Salvador et aux Etats-Unis » qui pourraient accélérer son rapatriement, a expliqué Damien Jacklick.
Le pêcheur n'était vêtu que de sous-vêtements usés lorsqu'il a été récupéré par des habitants d'Ebon. Il aurait survécu en mangeant des tortues, des oiseaux et du poisson et en buvant du sang de tortue lorsqu'il ne pleuvait pas.

Aucun matériel de pêche ne se trouvait à bord du bateau et les autorités pensent qu'il a dû attraper ses proies à mains nues. Une tortue se trouvait sur le bateau à son arrivée dans l'atoll.

Si le témoignage de cet homme, digne d'un scénario à la Robinson Crusoé, est authentifié, il pourra rejoindre une longue lignée de dérives hors du commun. En août 2006, trois pêcheurs de requins mexicains avaient été retrouvés près des îles Marshall après neuf mois de dérive à bord d'une embarcation sans toit de neuf mètres sur trois.
Le mois suivant, quatre pêcheurs de Micronésie, qui avaient dérivé durant 34 jours dans le Pacifique, parcourant près de 1.500 km, avaient été secourus près des îles Marshall également. Les rescapés, trois hommes et une femme, avaient survécu grâce à du poisson cru et de l'eau de pluie. En 1992, deux pêcheurs des Kiribati avaient dérivé pendant 177 jours avant d'aborder aux Samoa.

 

LIRE AUSSI:

Les premières heures à terre du naufragé


 


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction