Ce qu’il faut savoir sur le continent blanc

Mercredi 5 février 2014 à 09h02

L’Antarctique voit passer de plus en plus de bateaux avec le développement des missions scientifiques et du tourisme polaire. Le point en cinq questions sur le continent blanc.


Crédits photo: AFP

A la conquête du Sud


Le continent a été découvert progressivement entre 1820 et 1840, par des explorateurs russes, britanniques et français. Mais il a fallu attendre le XXe siècle pour que l'Antarctique soit véritablement exploré. Il y a un peu plus de 102 ans, le 14 décembre 1911, le Norvégien Roald Amundsen a été le premier à atteindre le pôle Sud géographique au terme d'une course épique avec le Britannique Robert Scott qui devait y laisser la vie.
 

Le continent de tous les records


L’Antarctique mesure environ 14 millions de km² l'été, soit 26 fois la France métropolitaine. Le territoire collectionne les superlatifs : c’est le plus froid, le plus sec, le plus désert, le plus venteux mais aussi le plus élevé avec une altitude moyenne de 2.300 mètres.
 

Un bout de France en Antarctique


Le continent est encadré par le traité sur l'Antarctique, signé en 1959 et entré en vigueur en 1961. Il interdit toute militarisation du continent, le réservant "aux seules activités pacifiques" et garantit la liberté de recherche scientifique. Il place le territoire en dehors d'une souveraineté nationale et gèle toute revendication territoriale. Sept Etats revendiquent toutefois la possession d'une partie du continent, à l'instar de la France avec la Terre Adélie.
En 1991, le Protocole de Madrid, relatif à la protection de l'environnement et signé pour une durée de 50 ans, a interdit toute exploitation minière et pétrolière en Antarctique. Le continent obtient alors le statut de "Réserve naturelle internationale consacrée à la science et à la Paix". Toute recherche à d'autres fins que scientifique est interdite.
Il y a entre 70 et 80 stations, mais seulement 40 sont permanentes ou ouvertes toute l'année. A part trois stations, elles sont toutes situées sur le littoral.


Les clefs du climat au pôle Sud
 

Elles sont principalement liées au changement climatique : circulation des océans, reconstitution des climats du passé grâce aux carottages glaciaires, trou dans la couche d’ozone, chimie de l’atmosphère… C’est également un lieu idéal pour les recherches astronomiques.
En hiver, il y a moins de 2.000 scientifiques en Antarctique. En période d'été austral (novembre-février), entre 4.000 et 4.500 personnes, des chercheurs et des logisticiens, sont sur place. Les Américains sont les plus nombreux (environ 2.000). Outre les États-Unis, les pays les plus actifs en Antarctique sont l'Australie, l'Allemagne, la Grande-Bretagne, la France et l'Italie.
 

L’exploration polaire comme luxe touristique


Environ 30.000 touristes découvrent chaque année le continent blanc. Les sites les plus visités se situent sur la péninsule antarctique, la terre la plus proche de l’Amérique du Sud, très fréquentée par la faune polaire pendant la période de reproduction estivale. Le site le plus fréquenté en 2012/213, le canal Lemaire, a vu passer 33.603 touristes. Le podium touristique est complété par Neko Harbor, près de 26.000 touristes contre 16.000 en 2006-07, et l’île Cuverville avec 24.779 visiteurs. 95% de ces touristes viennent en bateau de croisière ou en petit voilier depuis Ushuaïa en Argentine. Le trajet prend environ 3 jours.
 


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction