Tempête : « Nous avons eu de la chance dans notre malheur »

Mercredi 5 février 2014 à 11h32

La tempête Petra, creuse et particulièrement vaste, souffle encore sur une large façade ouest ce mercredi. Les vents reprendront même de la vigueur d'ici ce soir. Le point avec Emmanuel Streby, prévisionniste pour Météo Consult.


Les dunes souffrent sous les assauts de cet hiver tempétueux, comme ici à Saint-Trojan-les-Bains. Crédits photo: AFP

Pourquoi les vents reprennent-ils de la vigueur ?


C’était attendu car concrètement nous n’avons pas encore affronté Petra. C’est la perturbation générée par Petra qui est arrivée sur les côtes bretonnes mardi après-midi en générant des vents violents dans la nuit. Cette perturbation a précédé la dépression en évoluant très rapidement. D’ailleurs la perturbation est passée sur tout le nord du pays en 12 heures. Après son passage, le vent s’est un peu calmé avec la mise en place d’un ciel de traîne. Et c’est maintenant le centre de la dépression Petra qui se rapproche de la France et génère de nouvelles rafales. Elle passe au-dessus des îles britanniques, et non sur notre territoire, mais ce n’est pas forcément mieux car les vents sont plus forts sur la partie sud d’une dépression et Petra souffle ainsi sur tout notre pays. C’est une dépression très creuse, très vaste mais qui avance lentement (35 km/h). D’où la longue durée de l’épisode venteux.


Est-ce que sa lenteur joue sur sa puissance ?
 

Oui, si Petra avançait plus vite – comme certaines dépressions qui traversent la France en six heures – elle générerait des vents encore plus puissants. Là, nous avons des vents forts, qui restent longtemps sur notre territoire, mais ils ne sont pas extrêmement violents. En revanche, c’est précisément la lenteur de Petra, et donc sa durée, qui crée la houle monstrueuse qui déferle sur nos littoraux. D’autant que nous avons une mer croisée avec la houle venue du golfe de Gascogne, née sous les vents violents (110 à 155 km/h) du front qui a précédé Petra, de secteur sud, et celle qui arrive de l’ouest avec la longue dépression Petra.


Doit-on s’attendre à de nouvelles tempêtes dans les jours à venir ?
 

Il y a un risque, c’est certain. Entre jeudi et vendredi, nous aurons des vents très forts mais ils concerneront surtout l’intérieur des terres. La Bretagne n’aura pas forcément les plus fortes rafales. Et nous avons un autre risque pour ce week-end avec une situation comparable à celle que nous vivons en ce moment. Une dépression très creuse et avançant très lentement s’approchera de la France avec à nouveau un passage de front en amont, générant de violentes rafales. Elle devrait lever une houle terrible. Les coefficients de marée seront bas mais la hauteur et la puissance des vagues attendues pourraient compenser cet élément donc le risque de submersions marines sera fort. Heureusement que nous n’avons pas connu cette puissance de houle lors des grandes marées ! Finalement, nous avons eu de la chance dans notre malheur.
 

LIRE AUSSI:

La tempête Petra souffle toujours sur nos côtes

Payer 200 euros pour baptiser une tempête


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction