La Lune: explorer une épave sur petit-écran

Jeudi 13 février 2014 à 13h45

L'épave de La Lune, le trois-mâts amiral de la flotte de Louis XIV, profite des meilleures innovations technologiques d’exploration sous-marine. Rencontre avec des archéologues qui ont le pied marin.  


Le voilier qui repose à 90 mètres sous la mer au large de Toulon a coulé en 1664. Il était parti ravitailler le corps expéditionnaire du jeune Roi Soleil qui essuyait une sévère défaite contre les pirates barbaresques en Afrique du Nord. Au retour, le trois-mâts déjà âgé rapatrie près d’un millier d’hommes, pour la plupart blessés et malades. Mais lorsqu’il arrive à Toulon, le port préfère lui refuser l’entrée, et l’envoyer aux îles d’Hyères, pour dissimuler le fiasco, prétextant un risque de peste. Ce sera le voyage de trop. Le 6 novembre, le trois-mâts essuie une tempête géante et « coule comme du marbre », comme le raconte Michel L’Hour, directeur de l’exploration archéologique de cinq jours mise en place sur l'épave de La Lune. Le documentaire Opération Lune, l'épave cachée du Roi Soleil, commenté par Lambert Wilson, permet aux téléspectateurs de suivre au jour le jour les réussites - les premières remontées d’objets - mais aussi les coups durs de cette exploration. Le documentaire montre également comment les archéologues, sans plonger, peuvent s’approprier l’épave grâce à la simulation 3D. Il s'agit d'une une plongée dans le XVIIe siècle figé sous la mer et dans le futur de l’archéologie sous-marine.

 

Chantier laboratoire

 

La deuxième vie du trois-mâts Opération Lune commence en 1993 lorsqu’il est retrouvé par Paul-Henri Nargeolet, spécialiste du Titanic. Mais à l’époque, les techniques de fouilles sous-marines ne permettent pas un chantier archéologique approfondi. Les archéologues doivent donc attendre une vingtaine d’années avant de revenir sur place avec de nouvelles techniques. Le Remora 2000, un sous-marin équipé d’un prototype de caméra, est notamment mobilisé pour filmer le voilier englouti. Le dispositif sous-marin est complété par un robot contrôlé à distance et un scaphandre qui permet de protéger un plongeur de toute pression extérieure jusqu’à 300 mètres de profondeur. Le résultat est époustouflant. « On travaille au font tout en étant à la surface », explique Michel L’Hour. Le chantier de la Lune offre de nouvelles perspectives pour les épaves gisant là où l’homme ne sait pas descendre.

 

 

LIRE AUSSI:

A la découverte de l'épave du Titanic

Une convention pour décourager les pilleurs d'épaves
 


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction