Quel printemps après cet hiver hors-norme ?

Mardi 18 février 2014 à 08h18

VIDEO - Notre hiver ressemble aux plus doux de la décennie 1990-2000, qui connaissaient un bref coup de froid tardif en début de printemps suivi d’une saison globalement douce et orageuse. Peut-on alors s’attendre à sauter la case enneigée ? Le point sur les prévisions saisonnières


20140212_124906_NAUTISME_ARTICLE_20140212_PREVIS.flv / La Chaîne Météo - 20140212_124906_NAUTISME_ARTICLE_20140212_PREVIS.flv

L’hiver doux est désormais acquis. Le mois de décembre a été supérieur aux normales de saison en température mais aussi en ensoleillement avec un excédent proche de 50% tandis que le mois de janvier se classait sur la plus haute marche du podium de la douceur depuis 1900, ex-aequo avec 1936 et 1988. Et le mois de février suit la même ligne. Régis Crépet, spécialiste des prévisions saisonnières pour Météo Consult, compare donc la saison en cours aux hivers très doux des années 90. Les points communs de ces années « sans hiver » sont un bref coup de froid tardif en début de printemps suivi d’une saison globalement douce et orageuse. Un scénario qui pourrait se répéter cette d’année, d’autant que la mise en place du phénomène El Nino dans l’océan Pacifique est caractéristique d’une année qui s’annonce plutôt chaude au niveau mondial. « Ce qui est assez atypique cet hiver c’est que, jusqu’à présent, l’air froid n’a jamais réussi à s’imposer face aux puissantes dépressions venues de l’Atlantique, observe Régis Crépet. 

Toutefois, les cartes de prévision des prochains jours n'envisagent toujours pas de bref rafraîchissement. Nous entrons dans une période de changement mais le flux d'ouest, que nous connaissons en ce moment, pourrait basculer au sud-ouest d'ici une dizaine de jours et donc nous apporter des températures encore plus douces pour un avant-goût de printemps. 

 

Un mois de mars frais et instable
 

Aucune vague de froid à l'horizon au mois de février mais une possibilité évaluée à 25% pour le mois de mars. Il s'agirait d'un bref rafraichissement. Dans un flux souvent orienté au nord, les chutes de neige pourraient rester  fréquentes à basse altitude sur nos reliefs, et quelques épisodes pourront concerner la plaine. En deuxième quinzaine, un temps plus doux devrait s’installer, toujours dans un contexte instable avec des giboulées et des orages. « Nos sols sont gorgés d’eau et avec la hausse des températures et de l’ensoleillement à l’approche du printemps, l’évaporation sera propice à la formation de nombreux nuages », rappelle Régis Crépet, spécialiste des prévisions saisonnières.

 

Un mois d’avril plus incertain
 

« La période printanière est délicate à anticiper compte tenu des forts conflits de masses d'air à cette époque charnière de l'année, poursuit le spécialiste des prévisions saisonnières. Il semble que le flux dominant reste orienté au sud-ouest, véhiculant de la douceur sur notre pays. « Les précipitations prévues seront encore supérieures aux moyennes sur l'ensemble du pays, de l'ordre de +5% à +20%, explique Régis Crépet. Cette fourchette s’explique par la disparité géographique attendue pour les précipitations, un peu comme un patchwork. » On peut donc y voir la signature d'un temps instable, devenant orageux de façon rapide et précoce, sachant que les flux orageux évoluent généralement du sud-ouest au nord-est.

 

Mai : plutôt beau et chaud

 

Les modèles saisonniers envisagent un mois de mai plus chaud et plus sec que les normales sur la France. « Pour cette longue échéance, nous nous reposons uniquement sur les modèles numériques (basées sur l’analyse des conditions météo des mois passés, ndlr), précise Régis Crépet. Or, le jet stream, le puissant courant d’altitude qui charrie les dépressions, est attendu très au nord de l’Europe, sur l’Islande et la Scandinavie. Cela devrait donc laisser l’opportunité à un anticyclone de dominer sur l’Europe Centrale, protégeant une partie du continent des perturbations atlantiques et faisant remonter de l’air chaud sur notre pays. » Dans ce contexte, malgré des dégradations orageuses ponctuelles, un déficit pluviométrique pourrait même se faire sentir. A l’heure actuelle, on peut donc envisager du beau temps pour ce mois de mai. Avant un été qui est annoncé assez chaud et fréquemment orageux. Mais il s’agit là d’analyses à très long terme, à prendre donc comme de simples indications.

 


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction