Les vagues destructrices de la tempête Christine

Mardi 4 mars 2014 à 10h20

La tempête Christine a levé des vagues destructrices sur nos côtes ce lundi. Le Sud-Ouest, qui avait été placé en alerte rouge aux submersions, a été frappé de plein fouet. Les départements allant de la Charente Maritime au Pays Basque restent en alerte orange jusqu'à ce mardi midi.


Le casino de la Grande plage de Biarritz s’est réveillé les pieds dans l’eau ce mardi. Le bâtiment, déjà endommagé par la tempête du 6 et 7 janvier, a été submergé à l’approche de la pleine mer, peu avant 6h30, par une vague particulièrement puissante. Une digue de sable haute de 3 à 4 mètres avait été érigée pour briser l’énergie des vagues mais elle n’a pas été suffisante pour contenir des déferlantes de 8 à 10 mètres. Des vagues de plus de 15 mètres ont même été observées au Cap Ferret, en Gironde. La tempête Christine, la 29e de l’hiver ne restera pas dans les annales pour la violence de ses vents – 100 à 120 km/h – mais pour la mer déchaînée qu’elle a levée.
« Le cocktail était explosif ce lundi car une forte houle d’ouest, levée par la dépression Christine, a nourri des vagues puissantes au moment des grandes marées, alors que la forte dégradation entraînait une importante surélévation du niveau de la mer », explique Pierre Huat, prévisionniste pour Météo Consult. Le coefficient de la pleine mer de lundi soir était de 112 sur une échelle allant de 20 à 120. « Les vents et les vagues les plus violentes sont arrivées sur le Sud-Ouest au moment de la pleine mer de 18 heures », précise-t-il. Les conditions étaient encore plus dantesques en Espagne ou des vents violents de 130 km/h, associés à des vagues de 17 mètres de haut, ont frappé le littoral. 20 mètres de digue ont ainsi été emportés dans le port de Cudillero, déjà endommagé par les précédentes tempêtes, et de « petites embarcations ont coulé », selon un porte-parole du gouvernement.


La vigilance reste de mise ce mardi
 

Ce mardi, les vents d’ouest à nord-ouest régressent entre le sud des Landes et la frontière espagnole mais la zone la plus exposée aux rafales reste la Pointe de Socoa (64). Les vents sont persistants, la puissante et longue houle d’ouest est toujours forte, et le littoral du Sud-Ouest reste donc ce mardi matin sous haute surveillance. « Les plus fortes vagues sont passées mais celles qui arrivent sont toujours hautes donc la vigilance reste de mise », commente Pierre Huat. On relève toujours des vagues de 5 mètres au large du Finistère, avec des hauteurs maximales de 8 mètres, et des vagues de 7 mètres sur les côtes de l’Aquitaine et du Pays Basque, avec des hauteurs maximales de 9 à 11 mètres. Les départements allant de la Charente Maritime au Pays Basque restent en alerte orange jusqu'à ce midi.

L'autre conséquence de la tempête Christine est l'arrivée de précipitations persistantes. "Les averses vont se calmer à la mi-journée mais elles reprendront dès ce soir avec l'arrivée d'une nouvelle perturbation", analyse Pierre Huat. Des cumuls d'une centaine de mm sont attendus en trois jours au pied du massif pyrénéen, soit l'équivalent d'un mois de pluie. Très localement, les cumuls se portent déjà quasiment à 100 mm en 72h, avec 94,9 mm relevé à Urepel dans les Pyrénées Atlantiques. On attend également 1 à 1.50 mètre de neige fraîche en montagne, entre 800 et 1000 d'altitude. Or, pendant la durée de l'événement, le vent reste violent en haute-montagne et contribue à la formation d'importantes congères. Le risque d'avalanche devient très élevé.

 

 

L'info Météo en direct :

Retrouvez les prévisions Météo et suivez l'évolution de l'alerte Orange Météo Consult - La Chaîne Météo.


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction