Météo : quel printemps après ces premiers records de douceur ?

Dimanche 16 mars 2014 à 12h18

Mots clés : , , ,

Nous profitons actuellement de la protection d’un anticyclone large et puissant avec un temps sec, largement ensoleillé et doux. Une accalmie très appréciée après un hiver humide et tempétueux. Mais un changement de temps se dessine pour la fin de semaine prochaine.


Le mois de mars est bien parti pour présenter des températures largement supérieures aux moyennes de saison. Dimanche dernier, nous avons ainsi connu des températures supérieures aux moyennes de 8 à 12°C. Il n’avait pas fait aussi doux à Paris depuis 1880 pour une première moitié de mars et on se prend un rêver d’un printemps précoce qui déboucherait directement sur une belle saison estivale. D’autant qu’une période de gel tardif aurait de graves conséquences sur la végétation qui a entre quinze jours à trois semaines d’avance selon les régions. Cependant, les précédentes années « sans hiver » de la décennie 1990-2000, ou le doux hiver 2008, se caractérisaient plutôt par une fraîcheur printanière tardive. Les statistiques saisonnières ainsi que l’annonce d’une dégradation humide, en fin de semaine prochaine, incitent donc à la prudence.


Avril, ne te découvre pas d’un fil
 

Les journées rallongent, entraînant un mécanique réchuaffement printanier, et les réserves d’air froid sont de plus en plus minces sur l’Arctique. Le réchauffement saisonnier prend donc le pas sur les menaces de froid. Toutefois, le spécialiste des prévisions saisonnières chez Météo Consult, Régis Crépet, envisage l’arrivée d’un air frais et instable sur la France dès le début du mois d’avril, « synonyme de giboulées, voire de neige fondue en plaine, et de neige tardive sur nos reliefs. » L’anomalie chaude qui règne depuis décembre irait en s’affaiblissant au fil des mois sur l’Europe de l’Ouest. « Le flux dominant serait plutôt orienté au nord-ouest. Les précipitations prévues sont encore supérieures aux moyennes sur l'ensemble du pays, de l'ordre de +5% à +20%, sauf en Roussillon. » Le risque de gelées tardives lors des nuits dégagées est jugé « non négligeable ». En 2008, dernier hiver très doux, les premiers flocons sont tombés dans la nuit du 7 au 8 avril. « A la faveur d’une orientation du vent au nord-est pendant la nuit, les températures ont brusquement chuté et les franciliens se sont réveillés avec 3 à 4 centimètres de neige au sol. A Boulogne-sur-Mer, le tapis blanc était même de 20 centimètres. Une vraie neige d’hiver ! » Le spécialiste météo précise qu’à cette échéance, il s’agit d’une dominante : la moyenne mensuelle d’avril est annoncée fraiche mais cela ne nous empêchera pas de profiter de quelques belles journées printanières.
Au contraire, le mois de mai pourrait être un peu plus chaud que les normales avec un anticyclone sur l’Europe Centrale, protégeant une partie du continent des perturbations atlantiques et faisant remonter de l’air chaud sur notre pays. « Dans ce contexte, un déficit pluviométrique pourrait même se faire sentir dans le sud », explique Régis Crépet.
L’été est encore loin mais les statistiques climatiques montrent qu’un hiver doux est suivi à 75% par un été plutôt chaud et orageux, comme dans les années 1990. Toutefois, en 2008, l’hiver remarquablement doux avait été suivi par un printemps humide et un été médiocre.


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction