Un record de plongée engagé pour la planète

Mardi 18 mars 2014 à 07h47

Mots clés : ,

Troisième épisode de notre série sur les champions d’apnée, des sportifs chevronnés qui portent haut les couleurs d'une discipline popularisée par Le Grand Bleu de Luc Besson. Honneur à Aurore Asso, une championne engagée qui a battu un record utile pour la planète.


Crédit photo: Cédric Balaguier / cénotes Guinness world record 2013

C’est une championne qui refuse de limiter son horizon au carrelage des piscines. En décembre dernier, Aurore Asso a battu le record de la plus longue distance nagée en apnée dans une grotte. Un défi sportif mais aussi, et surtout, un cri d’alarme environnemental. La jeune femme a souhaité mettre en lumière un écosystème en danger, à quelques minutes à pieds des imposants complexes touristiques du Yucatan : une rivière sous-marine. Ou plus précisément un labyrinthe de rivières sous-marines, appelées cénotes ou puits sacrés pour les mayas, qui s’étend sous la jungle mexicaine. Ces grottes calcaires, souterraines et immergées, protègent des vestiges archéologiques datant de l’âge de glace et de nombreuses espèces d’eau douce comme d’eau salée. Malheureusement, l’explosion touristique des hôtels géants du Yucatan, qui y puisent leur eau potable et rejettent leurs eaux usées, menace cet écosystème fragile. « Mais il n’est pas encore trop tard et c’est maintenant qu’il faut agir », assure Aurore Asso, qui a découvert ce lieu en 2010 lors du record du plongeur vénézuélien Carlos Coste. La jeune femme comprend par la même occasion que le record sportif éclipse vite la dimension environnementale et commence à mûrir son projet. Elle veut profiter de l’attention médiatique sur son record en conditions extrêmes pour montrer la beauté et la fragilité de ce monde. « Je veux réussir ce record pour vous inviter à plonger sous la terre et montrer l’urgence de protéger les cénotes de l’urbanisme galopant sur la péninsule du Yucatan », explique-t-elle. L’année suivante, elle affine ses connaissances en tournant un documentaire sur un ancien avocat devenu plongeur et explorateur de ce labyrinthe sous-marin. Luis Leal a répertorié et cartographié plusieurs dizaines de cénotes. Enfin, à l’automne 2013, en rentrant des championnats du monde d’apnée, Aurore Asso décide de se jeter à l’eau.
Le défi est de taille quand on pense que la plongeuse souffre de claustrophobie à terre. « Je n’ai jamais ressenti de sensation d’enfermement en mer mais j’ai dû me familiariser avec cette sensation d’espace confiné dans les grottes. Finalement, j’ai retrouvé cette sensation d’infini en réalisant que je progressais dans un immense réseau de galerie. » La plongeuse a pris le temps de découvrir les cénotes avant de se lancer dans sa quête du record. « C’est un milieu un peu mystérieux, qui attire autant qu’il effraie. Certaines plongées vous coupent le souffle tout de suite. Là, c’est un milieu qu’on apprécie de plus en plus en le connaissant de mieux en mieux. » Une découverte essentielle pour permettre à la plongeuse, le jour du record, de se concentrer uniquement sur son avancée en conditions extrêmes. Une avancée qu’elle compare à l’engagement du grimpeur qui escaladerait une voie qu’il connaît par cœur, sans corde. « Il peut difficilement redescendre ou rester en équilibre sur une prise, compare-t-elle. Pour ne pas tomber, il n’a d’autre choix que d’avancer dans la confiance et assurer chaque mouvement pour sortir en haut de la voie. » Aucune poche d’air ne pouvait permettre à la plongeuse de reprendre son souffle en cas de problème. « Cet engagement, je le compare à notre responsabilité collective pour l’environnement car, là aussi, on ne peut pas revenir en arrière », assure la plongeuse qui n’oublie jamais sa mission environnementale. Elle aimerait voir les cénotes devenir des sanctuaires et aider au développement d’un tourisme durable. Surtout, elle pense que cet environnement mérite un classement, et donc une protection, par l’Unesco.
 

Pas de retour en arrière possible

 

Le 18 décembre dernier, Aurore Asso s’est donc lancée en apnée dans une cénote suffisamment vaste pour sa nage en monopalme, le long d’un fil d’Ariane tendu sur parcours de 120 mètres. « Tout est noir, sauf cette ligne qui m’emmène au fond de la grotte », explique la jeune femme, focalisée sur les mouvements de son corps qui palme. « Sur le fait de donner une impulsion vers le haut au démarrage de l’ondulation, avec le buste qui se redresse à la force des lombaires et le bassin qui descend en rétroversion, un peu comme un cheval se rassemble et se dresse pour passer un obstacle, décrit-elle. Puis, de l’autre côté de cet obstacle imaginaire, on se laisse glisser, les fessiers et les muscles abdominaux serrés, les jambes et les bras gainés. C’est cette petite seconde de glisse là, au creux de la vague, qui permet de sauver de l’énergie. Cette petite seconde grisante qui revient à chaque ondulation vaut bien toutes les semaines d’entraînement qui l’ont précédée. » Elle assure ne pas sentir son diaphragme se révolter, comme lors des dernières minutes d’apnée en piscine. « Au moment de tendre la main, l’envie de continuer me traverse l’esprit car je n’ai toujours pas envie de respirer et je n’ai pas encore les jambes qui brûlent sous l’effet de l’acide lactique », se souvient-elle. Mais la juge internationale l’attend à la surface et son équipe de sécurité veille sur elle. Elle sort donc la tête de l’eau, un grand sourire aux lèvres, et valide son record.
Dans les mois qui viennent, la championne d’apnée aimerait retrouver la compétition et les records de profondeur en pleine mer.
 

 

LIRE AUSSI:

Le film de sa plongée diffusé sur Thalassa (France 3) le 7 mars

Premier épisode: L'ivresse des profondeurs avec Morgan Bourc'his

Deuxième épisode: Stéphane Mifsud, homme poisson


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction