Deux nouveaux bateaux en vogue sur la Seine parisienne

Lundi 9 juin 2014 à 14h03

Bateau-ponton à l’américaine ou bateau électrique sans permis, découvrez deux nouvelles façons d’entrer en Seine pour prolonger l’été.


Evrard, 26 ans, est le gérant associé de Green River, société nautique installée au quai d’Austerlitz. Crédits photo: Céline Joussemet

Lorsque le soleil estival illumine Paris, les berges de la Seine prennent des allures de plage et ses eaux des airs de route nationale. Pourtant, au milieu de l’incessant ballet des bateaux-mouches remplis à craquer, deux embarcations proposent aux amateurs de s’approprier ce fleuve de façon bien plus tranquille.

 

Les bateaux-pontons

 

L’été dernier, ils étaient à Ivry-sur-Seine. Depuis mai, ils sont amarrés au quai d’Austerlitz. Les bateaux-pontons, « pontoon boats » en anglais, sont des bateaux aux faux airs de barges, créés aux États-Unis dans les années 50. « Les Américains adorent les utiliser pour se promener sur les plans d’eau et pour pêcher », explique Évrard de La Hamayde, 26 ans, gérant associé de Green River. La société qui fête ses deux ans cette année possède deux bateaux-pontons originaires des USA : « Tendance II », qui accueille jusqu’à 8 personnes, et « Daïquiri », conçu pour en recevoir 11. Ces embarcations sont équipées de larges canapés, d’un bar et de tout l’équipement nécessaire pour brancher la musique. À bord, on se croirait dans un spacieux et confortable salon, ultra stable, et qui navigue en plein cœur de Paris. « Nous organisons beaucoup d’apéritifs flottants pour les bandes d’amis (le vin blanc est compris) et énormément d’enterrements de vie de jeunes filles. Il y a d’ailleurs une constante : les filles adorent se déshabiller dès que l’on passe à proximité des bateaux de pompiers ! », s’amuse le jeune homme. Green River organise aussi des petits-déjeuners au lever du soleil, des signatures de contrats, des apéritifs aux chandelles et les incontournables demandes en mariage. Si les Parisiens sont nombreux parmi les clients, la société embarque de plus en plus d’étrangers. « Par son côté massif et confortable, les Américains et les Russes adorent ce bateau », assure Évrard. S’il est si stable, c’est qu’il s’agit d’un trimaran en aluminium sur lequel est posée une planche de bois, par-dessus laquelle est installé un salon. Ces bateaux sont d’ailleurs régulièrement loués pour y poser des caméras lors de tournages de films.
Green River propose des croisières d’une à trois heures, dans Paris intra-muros, mais aussi sur le canal Saint-Martin et la Marne. Selon la formule choisie, les prix varient de 216 à 616 €.


Conseil pratique : Pour une balade le week-end, réserver un mois à l’avance. En semaine, 72 heures avant. Ouvert jusqu’à octobre. www.greenriver-paris.fr

 

Les bateaux électriques sans permis
 

Changement de décor et direction le bassin de la Villette. Nicolas Couderc et Olivier Doin, deux Parisiens de 29 et 30 ans, passionnés de voile, kitesurf et aviron, se sont installés près du cinéma MK2 en mai dernier. Accostés à leur ponton, dix-sept bateaux électriques en polyester, fabriqués à Nantes, que l’on peut piloter sans permis. Il y a trois modèles au choix, pour 5, 7 ou 11 personnes. Tous disposent d’une autonomie de sept heures. Lorsque les clients arrivent, les deux amis expliquent durant dix minutes le fonctionnement du bateau et dispensent des consignes de navigation de base : « On double par la gauche » ; « Lorsqu’un bateau-mouche arrive, on serre à droite ». Et c’est parti pour une heure, deux heures, ou même six heures de découverte du bassin, du canal Saint-Martin et du canal de l’Ourcq. Pendant le parcours, on longe le parc de la Villette, sa géode, les Grands Moulins de Pantin. Puis, progressivement, on quitte le paysage citadin pour celui de friches industrielles investies par le street art, à l’image de l’ancien Hôtel des Douanes entièrement tagué. Quelques heures plus tard, c’est la verte campagne, le 77, la Seine-et-Marne. Les clients peuvent même accoster sur les pelouses au bord de l’eau pour pique-niquer. Les prix vont de 40 à 280 € selon la formule choisie. « Parmi nos clients, nous avons énormément de Parisiens qui viennent découvrir Paris sous un autre angle. La journée, nous embarquons surtout des familles. En début de soirée, il s’agit plutôt de bandes d’amis qui partent en balade-apéritif. Nous recevons aussi des comités d’entreprise pour lesquels nous organisons des chasses au trésor sur l’eau », expliquent les deux gérants de la société Marin d’Eau Douce. Les Asiatiques sont également fans de ces petits bateaux propres, silencieux, amusants, hyper faciles à manier, presque enfantins. D’ailleurs, les noms des dix-sept bateaux rappellent bien cet état d’esprit : « Hurluberlu », « Bois sans soif », « Macaque », « Forban »… Tous les bateaux de la société Marin d’Eau Douce portent comme nom une insulte du Capitaine Haddock.


Conseil pratique : réserver environ une semaine à l’avance. Ouvert jusqu’à octobre. www.marindeaudouce.fr

 


 


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction