La qualité des eaux de baignade en question

Jeudi 12 juin 2014 à 11h11

Le compte à rebours est lancé avant la haute saison estivale. Aussi, durant tout le mois de juin, des biologistes vont étudier les fonds marins corses et leur fragile écosystème, témoin de la qualité des eaux côtières corses. Une exigence européenne.


La qualité des eaux en Méditerranée s’améliore au fil des ans mais elle reste sous haute surveillance. L’été dernier, l’agence de l’eau Rhône-Méditerranée-Corse, pointait ainsi un problème persistant sur le traitement des eaux pluviales. Les fortes pluies et les inondations sont encore difficiles à gérer : quelques stations d’épuration, notamment à Marseille, débordent en cas d’orage en polluant le milieu marin et les plages. Martin Guespereau, le directeur de l'agence de l'eau, s’inquiétait ainsi d’un « véritable risque de fermeture » pour plusieurs plages du littoral méditerranéen. Aussi, en ce mois de juin, les biologistes inspectent les fonds marins – herbiers de posidonie et récifs coralligènes – afin de cartographier la qualité des eaux marines. Cette étude, réalisée par les équipes de plongeurs profonds d’Andromède Océanologie, est menée en alternance sur les trois grandes régions méditerranéennes. Cette année, c'est au tour de la Corse, le bon élève de la région: 96% des eaux de baignades marines y ont été jugées de bonne qualité en 2013. Cependant, huit plages présentaient une eau de moyenne qualité, lors de l'étude estivale 2013 réalisée par l'Agence régionale de santé et l'Office de l'environnement de Corse: cinq en Corse-du-Sud (Ajaccio, Osani et dans trois lieux de baignade à Porto-Vecchio) et trois en Haute-Corse (Brando, San Giuliano et Taglio-Isolaccio). Une plage située à Calvi a été jugée temporairement impropre à la baignade à deux reprises en juin et juillet 2013, à la suite du dysfonctionnement d'un système d'évacuation des eaux usées d'un ensemble immobilier.

 

Un mois de plongée pour protéger les baigneurs

 

La qualité des habitats marins est un indice indispensable pour évaluer la qualité des eaux de baignade. Ainsi, durant tout le mois de juin, les biologistes vont étudier et cartographier une centaine de stations entre 15 et 100 mètres de profondeur sur tout le pourtour de la Corse. L'objectif est d'évaluer l'état écologique des eaux côtières à travers le suivi de deux écosystèmes marins sensibles : les herbiers de posidonie et les récifs coralligènes. Sur les herbiers de posidonies, des cartes sont réalisées par une méthode de télémétrie acoustique (précision au centimètre), des prélèvements sont effectués et différents paramètres sont relevés : densité, déchaussement, dynamique d’herbier au plus profond. Toutes ces données permettent d’évaluer l’état de santé de l'herbier et son évolution dans le temps.
Les récifs coralligènes, seuls récifs bio-construits de méditerranée, sont suivis à l’aide d'un dispositif photographique. La dynamique et lavitalité des gorgones sont également suivies et des prélèvements d’algues calcaires constructrices sont effectués en vue d’une étude génétique.
Ces campagnes permettent également de mettre en évidence de nouvelles espèces comme un corail des profondeurs nouvellement observé dans le golfe de Porto, de préciser les stocks de corail rouge, de localiser les filets abandonnés et plus généralement d'apporter des informations sur l'état de conservation de ces écosystèmes sensibles.

 

 

 

 


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction