L’animal à l’origine des monstres marins a été trouvé

Vendredi 8 mai 2015 à 07h00

Mots clés : , , , ,

Les récits légendaires d’immenses monstres marins sinueux auraient finalement trouvé une explication : à l’origine de ces observations, la présence de régalec, comme ceux qui ont récemment été retrouvés morts sur les côtes du Massachusetts et de la Nouvelle-Zélande ces dernières semaines.


Régalec échoué il y a quelques jours dans le nord-est des USA. Crédit : Tyler Bradbury

Force est de constater que la quasi-totalité des monstres marins sont représentés, dans les récits comme dans les dessins, sous la forme de serpents de mer : des bêtes au corps long et sinueux, glissant en dessous de la surface de l’eau avec aisance et sortant de temps à autre une tête étrange pour observer les navires et leurs embarcations. Cette description reste plus ou moins la même quelle que soit la zone géographique d’observation. Chaque légende trouve ses fondements dans une réalité, pas forcément si éloignée de la science. Il semblerait désormais que ces fameux serpents de mer aient été démasqués : le régalec, ou poisson ruban, «oarfish» en anglais correspond si bien aux signalements des monstres marins que la plupart des chercheurs en faune marine pensent qu’il est à l’origine de la plupart des légendes des mers. Ce poisson peut atteindre 11 mètres de longueur, voire un peu plus, et est réparti dans le monde entier.

Son observation reste toute de même très rare mais deux «petits» spécimens ont récemment été retrouvés morts : un régalec de 2 mètres sur la plage de Madaket dans le Massachusetts aux Etats-Unis, et un autre de 3 mètres à Otago Harbor en Nouvelle-Zélande. Les causes de la mort des deux régalecs n’ont pas été déterminées mais dans d’autres pays, comme le Japon, trouver ce genre de poisson ruban échoué est signe de mauvais présage : certains croient que cela annonce le déclenchement d’un séisme.


Des poissons qui s’auto-mutilent


La famille des regalecidaes vit généralement dans les profondeurs, jusqu’à 1000 mètres en dessous de la surface de l’océan. Ils sont inoffensifs et se nourrissent en grande partie de krill, ces mini-crustacés des océans. L’être humain ne présente également aucun danger envers ces étranges poissons, puisqu’il n’est jamais pêché en raison d’une chair très peu gouteuse. Seul outil de défense, ses épines dorsales qui peuvent donner des chocs électriques. L’apparition de régalecs nageant près des côtes est en tout cas anormale et témoigne d’un individu malade et affaiblit, voire mourant.


Les régalecs, même en bonne santé, ont un comportement particulièrement déconcertant que les chercheurs n’ont pas réussi à expliquer : ils s’amputent eux-mêmes la queue plusieurs fois dans leur vie.
 


SERVICE:
Pour préparer vos escales en toute sérénité, téléchargez l'appli Guides Escales du Bloc Marine.
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 0899 70 12 34**.
Recevez gratuitement
la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 0899 70 12 34 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction