Istanbul et ses ravissantes rives du Bosphore

Jeudi 25 juin 2015 à 08h38

Tournée vers la mer de toutes parts, la cité stambouliote resplendit de mille feux. À cheval entre sa partie européenne (Ouest) et asiatique (Est), la ville aux plus de 3 000 mosquées fourmille de petits coins de paradis à découvrir…


Sous licence Creative Commons

« Envoûtante » pourrait qualifier à merveille Istanbul. Peuplée de ses 15 millions d’habitants, la plus grande ville de Turquie abonde de lieux culturels et historiques dus à son histoire. Située au carrefour de deux continents (l’Europe et l’Asie), la ville incarne une place stratégique majeure entre la Mer Noire située au Nord du détroit du Bosphore et la Mer de Marmara au Sud. Nombre de navires de commerce, pétroliers, méthaniers, cargos bétailler et porte-conteneurs patientent en Mer de Marmara avant de pouvoir remonter le Bosphore et naviguer vers la Russie, la Roumanie, la Géorgie ou la Bulgarie.

 

Pour les touristes, les rives du côté européen abondent d’endroits très agréables pour se promener. On peut ainsi longer les abords du Bosphore du Nord au Sud en savourant la vue imprenable sur les hauteurs de l’autre rive. Deux ponts jouxtent les deux rives sur lesquels la circulation est très intense. L’option bateau (les « vapurs ») est largement conseillée pour vagabonder du côté asiatique dans le quartier populaire de Fenerbahce. Si vous avez l’occasion de vous balader un soir aux alentours de la marina Kalamis et du quartier de Kadikoy, de nombreux restaurants proposent des plats typiques turcs à base de poissons frais. L’ambiance y est très détendue et les bars le long du port sont bondés du matin au soir lorsque la chaleur s’installe. La plus grande compétition de voile turque, la Bosphorus Cup, s’y déroule chaque année. On peut donc y admirer le bal des marins larguant leurs amarres à la fin du mois de mai. Cette année les Turcs ont même pu apprécier le gigantisme d’un bateau aux couleurs de la société SFS ayant participé au tour du monde en équipage par étapes (la Volvo Ocean Race en 2011-2012), venu de Saint-Tropez et barré par Lionel Péan, le premier navigateur français vainqueur de ce même tour du monde en 1986.

 

Lorsque l’on vagabonde sur les rives du Bosphore côté européen, impossible de louper le magnifique palais des sultans turcs situé dans le quartier de Besiktas : le Dolmabahce. Signifiant « jardin comblé » en langue turque, ce haut lieu de la gouvernance est qualifié de petit « Versailles ». Il se compose de plusieurs édifices à visiter dont les appartements des sultans et de leurs familles. Défenses d’éléphants, peau d’ours, or clinquant, fauteuils en soie, ornements en tout genre, poignées de porte en porcelaine, lustres de cristal, portes en bois massifs, nous sommes bien dans un haut lieu de la royauté turque. La salle du Trône avec ses 2 000 mètres carrés possède le plus grand lustre d’Europe, lourd de 4,5 tonnes et orné de 275 ampoules, offert par la Reine Victoria. La tour de l’Horloge prostrée à l’entrée de l’édifice ajoute davantage de valeur à la visite du Dolmabahce.

 

Si l’on poursuit la balade le long des rives de la côte européenne en direction de la Mer de Marmara, l’occasion de s’évader encore un peu plus se concrétise avec le musée d’art moderne d’Istanbul. L’édifice, sobre et rectangulaire abrite de nombreuses œuvres qui valent le coup d’œil, notamment l’exposition temporaire sur l’agence de presse « Magnum » qui fait la part belle aux plus grands moments de l’histoire du monde moderne à travers les pellicules des photographes envoyés spéciaux. Du mouvement démocratique chinois (cet homme seul qui fait face à un char sur la place Tiananmen de Pékin le 5 juin 1989) à la conquête du Che à Cuba en passant par un portrait de Margaret Thatcher et le débarquement de Normandie, les photos exposées nous font remonter le temps.

 

Avant d’admirer les magnifiques couleurs qu’offre le coucher de soleil au-dessus des mosquées d’Istanbul, rien ne vaut une petite pause dans un bistrot local où l’on déguste à toute heure de la journée le fameux café « Türk kahvesi », autrement dit le café local qui a pour spécificité son marc de café que l’on laisse au fond de la tasse. L’accompagnement idéal pour vous fondre dans le quotidien des Stambouliotes ressemble à un bretzel mais il s’agit en fait du « simit », sorte de pain brioché au sésame que l’on trouve partout dans les rues, vendu par des commerçants ambulants. Si l’énergie et l’envie de prolonger la soirée vous habitent, le quartier de Beyoglu entre la place Taksim et la tour Galata est l’endroit rêvé.

 

La perle du Bosphore, relativement méconnue des Européens, ne se limite pas à ses minarets et ses mosquées ; la population, extrêmement accueillante, ses joyaux architecturaux et son littoral offrent une infinité de possibilités d’évasion. Une escale à consommer sans modération.

 


SERVICE:
Pour préparer vos escales en toute sérénité, téléchargez l'appli Guides Escales du Bloc Marine.
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 0899 70 12 34**.
Recevez gratuitement
la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 0899 70 12 34 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction