Kitesurf, un vent de fraîcheur

Lundi 6 juillet 2015 à 12h02

Mots clés : , , , , ,

Semaine du kite - Se déplacer sur l’eau, tracté par un cerf-volant semblait être une folie dans les années 60, aujourd’hui, le kitesurf est devenu un véritable phénomène sur les plages de l’hexagone. Premier épisode de cette série consacrée au kitesurf.


Charlotte Consorti à Cuba

Le kitesurf, une histoire de passionnés

Dans les années 80, deux frères bretons, Bruno et Dominique Legaignoux, cherchent à créer un engin plus rapide que la planche à voile. Ayant compris très tôt l’intérêt du cerf–volant, ils imaginent une pratique sur ski nautique avant d’orienter leur invention vers la planche de surf. Le marché nautique n’étant pas encore prêt à accueillir un nouveau sport, 15 années de recherches seront nécessaires avant de voir les frères Legaignoux lancer leur premier kitesurf, sous la marque Wipika. Depuis 1996, ce sport ne cesse d’attirer de nouveaux pratiquants et se développe, en France, autour de la FFVL.

Moins connu que le kitesurf, le kite se pratique également sur terre (Landkite) ou sur neige (Snowkite). Toujours tracté par une aile, on peut ainsi se déplacer sur l'eau, sur terre ou sur neige et retrouver les mêmes sensations de glisse et de liberté.


Un sport, pour plusieurs disciplines

De nombreuses compétitions s’articulent autour du kitesurf. Voici un aperçu rapide de trois d’entre elles :

 

La Race :
Les kitesurfeurs s’élancent dans un parcours dépendant des conditions météo. L’objectif est simple, le premier à franchir la ligne, l’emporte. « Nous sommes entre 100 et 120 sur les compétitions. C’est grisant, il faut gérer l’ensemble de la flotte », explique Bruno Sroka, triple champion du monde de la discipline.

 

Le Freestyle :
Les uns après les autres, les kitsurfeurs disposent de 5 minutes pour réaliser des figures aériennes. Les juges notent les performances de chaque participant à partir de plusieurs critères : difficulté des figures proposées, amplitude, réception et style dégagé par le concurrent. Le meilleur de chaque manche se qualifie pour le tour suivant, et cela, jusqu'à la finale.

 

Le Speed :
La pratique est simple, partir à fond, accélérer au milieu, et tout donner sur la fin ! « L’objectif est d’aller le plus vite possible sur une ligne droite de 500 m. Deux caméras, fixées au point de départ et d’arrivée, prennent notre temps exact », détaille Charlotte Consorti. Le kitesurf a été le premier support à franchir la barre des 100 km/h sur l'eau. Deux Français détiennent respectivement le record de vitesse féminin et masculin : Charlotte Consorti avec 50 nds soit 96 km/h et Alex Caizergues avec 56 nds soit 105 km/h.

Le kitesurf en compétition reste une petite famille. La FFVL a ainsi développé des Championnats de France, sur lesquels n'importe quel kitesurfeur confirmé peut s'inscrire et se confronter aux meilleurs.


Les foils, pour améliorer les performances

Réduire la surface en contact avec l’eau pour augmenter la vitesse, voici l’objectif des foils. Largement utilisée par les marins de la course au large, les kitesurfeurs se sont appropriés cette invention pour devenir de véritables funambules et améliorer leurs performances.


Débuter sereinement

Les professionnels du kitesurf sont unanimes : pour commencer et acquérir de bonnes bases, il faut impérativement rejoindre une école agréée par la Fédération (réseau d’écoles EFK). Comptez à partir de 500 euros pour une semaine. Vous apprendrez dans un premier temps à manier l’aile sur terre puis dans l’eau (nage tractée) avant de vous élancer sur la planche. La pratique du kitesurf ne nécessite pas d’aptitude physique particulière, il faut en revanche garder en tête les risques spécifiques de ce sport acrobatique. « Entre trois et cinq jours sont nécessaires pour commencer à être autonome, à raison d’environ deux heures de cours par jour », selon Bruno Sroka. Par la suite, il peut être intéressant de se rapprocher de l’un des 100 clubs de kite affiliés à la FFVL pour recevoir des conseils et des informations sur les conditions du jour.

 

Un matériel accessible

Le kitesurf, sport en plein développement, dispose d’un réseau d’occasions dynamique. Le matériel de sortie de stage vous permettra d’évoluer pendant un à deux ans, sachant qu’il vous faudra changer d’abord la planche. Une aile que vous avez bien en main vous offrira de belles sensations plus longtemps. L’équipement (1 aile complète, 1 planche) vous coutera environ 1 000euros auxquels il faudra ajouter un harnais, un casque, un gilet de protection et un dispositif lumineux.


Alors qu’à ses débuts le kitesurf était apparenté à un sport extrême, les progrès effectués sur le matériel et la formation ont permis une réelle démocratisation de la pratique. On estime aujourd’hui à 50 000 le nombre de pratiquants en France.

 

Retrouvez demain l'interview exclusive de Bruno Sroka !


SERVICE:
Pour préparer vos escales en toute sérénité, téléchargez l'appli Guides Escales du Bloc Marine.
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 0899 70 12 34**.
Recevez gratuitement
la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 0899 70 12 34 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction