Philippe Potin : « Une partie de notre alimentation future viendra de la mer »

Dimanche 29 novembre 2015 à 08h23

Présent à Brest le week-end dernier à l’occasion de la conférence « Les algues et vous » qui s’est tenue dans le cadre du Seafood Fusion Festival, Philippe Potin, Directeur de recherche au CNRS à la Station biologique de Roscoff est revenu pour Nautisme.com sur les bienfaits des algues, consommées depuis toujours par certaines communautés littorales.


Qu’est-ce qui vous a poussé à accepter de participer au Seafood Fusion Festival ?


Je suis le coordinateur scientifique du projet IDEALG, financé par le programme des investissements d’Avenir, et qui concerne l’étude génomique et post génomique des algues. Nous avons deux missions principales : transférer nos connaissances sur l’aquaculture des algues en domestiquant les espèces et en améliorant la performance des cultures existantes, et développer de nouveaux procédés permettant de les valoriser en mettant en avant leurs qualités en termes de santé et de nutrition, afin de permettre aux entreprises de créer de nouveaux produits à partir d’algues. Ces recherches et travaux demandent que l’on puisse communiquer dessus. Le Seafood Fusion Festival constitue une belle occasion de valoriser les algues auprès d’un vaste public afin d’essayer de faire sauter les verrous qui pèsent sur la consommation d’algues en Europe, tout en apportant un point de vue scientifique, ainsi qu’un témoignage sur les recherches qui sont faites. Dans un projet comme le nôtre, on intègre toutes les dimensions de la recherche, et notamment celles qui ont trait à la science humaine et sociale, pour comprendre la perception qu’ont les consommateurs des algues, comment ils les ont découvertes… En Asie, les algues sont largement cultivées et consommées. En Europe, on a une situation inverse. 98 % des algues que l’on consomme sont récoltées dans leur milieu naturel.


Les algues sont-elles consommées partout dans le monde ?

Les algues sont principalement consommées en Asie, mais on en consomme également depuis longtemps dans certains pays, comme au Pays de Galles, où l’on retrouve le traditionnel pain aux algues fabriqué à base d’une algue proche du Nori. On y consomme également une autre algue appelée « dillisk », l’une des algues qui attire le plus de transformateurs d’algues alimentaires. On retrouve d’autres traces d’utilisation d’algues en Europe assez anciennes. On pense d’ailleurs que les Vikings consommaient des algues sèches. En Amérique du Sud, on trouve encore des algues « cocayuyo » sur tous les marchés du Chili, qui sont consommées à l’état brut ou dans des soupes. On en fait également mâcher aux bébés lors des poussées dentaires. Ce qui est intéressant dans l’histoire de cette algue, c’est qu’on l’a retrouvée lors de fouilles du site Monteverde. On a la preuve qu’il y a 15 000 ans, des gens venus d’Asie en consommaient au Chili. On retrouve également des traces d’utilisation d’algues dans l’alimentation et la pharmacopée chinoise au Moyen-Âge. En Asie, la consommation n’a vraiment augmenté qu’au XXe siècle grâce à une culture plus systématique et plus scientifique. L’industrie s’est développée avec l’apparition de meilleurs conditionnements qui ont permis de les amener dans les régions où il n’y en avait pas. En France, les premières traces remontent au XIXe siècle en Bretagne. On pense également que certaines populations exposées à la famine ont dû se tourner vers les algues, mais on ne peut pas l’affirmer.

 

Comment explique-t-on cette disparité dans la consommation d’algues ?

Probablement parce qu’il y avait d’autres sources d’alimentation disponibles notamment avec l’agriculture. Le système de pensée culturelle a également sûrement influencé la consommation d’algues.

 

Quelles sont les qualités des algues ?

Elles ont à la fois des qualités nutritives et des vertus sur la santé. Leurs qualités nutritives varient en fonction des variétés, mais globalement, elles apportent des minéraux, de l’iode et des oligo-éléments, qui sont essentiels. Elles constituent également un apport en protéine et en acides gras tels que les Oméga-3 , tout en étant pauvres en graisse. Les algues sont riches en fibres différentes de celles que l’on retrouve dans le reste de notre alimentation, ce qui fait l’objet de nombreuses recherches. Ces fibres ont des effets positifs sur la flore intestinale, qui s’adapte à un régime riche en algues pour être capable de mieux en tirer profit. Cela pourrait donner lieu à une nouvelle utilisation des algues dans notre quotidien, que ce soit sous forme d’aliments partiellement transformés, de concentré ou de compléments alimentaires.

 

L’avenir de notre alimentation passe-t-il par les algues et par la mer de manière générale ?

Une partie de notre alimentation future viendra de la mer, mais il faut être prudent sur le sujet. Il faudrait que la capacité de cultiver en mer soit compatible avec la préservation de l’environnement. Il faut minimiser son impact sur le milieu marin. Et puis dans certains pays, cultiver la mer n’est pas accepté par les populations. La mer peut être une solution, mais il faudra montrer à la société tout le bénéfice que l’on peut en retirer sans pour autant développer ce système de maniée trop intensive. On recherche des solutions du côté de l’aquaculture multi trophique intégrée, même si l’aquaculture ne remplacera pas totalement la pêche.

 


Les changements climatiques ont-ils un impact sur les algues ?

Le réchauffement global va bouleverser certains écosystèmes très riches en algues. On assiste déjà à une réduction spectaculaire de certaines surfaces couvertes d’algues.

 


SERVICE:
Pour préparer vos escales en toute sérénité, téléchargez l'appli Guides Escales du Bloc Marine.
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 0899 70 12 34**.
Recevez gratuitement
la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 0899 70 12 34 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction