Quand les requins pèlerins croisent le long de nos côtes

Lundi 7 décembre 2015 à 10h25

Les plus grands poissons du monde ne se croisent pas tous dans les contrées lointaines. Le requin pèlerin, deuxième de la catégorie avec 15 m enregistrés de longueur maximale, fréquente l'été les eaux côtières de notre Atlantique ; il pénètre aussi en mer Méditerranée. D'ailleurs, si vous le rencontrez…


Le requin pèlerin détecte les zones riches en plancton en fonction des variations de températures du milieu. Crédit photo : Rossbeane, via Wikimedia Commons

Le requin pèlerin peut atteindre une taille de 15 mètres et un poids de près de 4 tonnes. C'est le deuxième plus grand poisson au monde, après le requin-baleine (qui peut mesurer jusqu'à 18 m de long), un autre géant pacifique planctophage. Son nom scientifique - Cetorhinus maximus - est un mélange de latin et de grec que l'on pourrait traduire par « le plus grand monstre marin à gros nez ». Son nom usuel provient sans doute de l'observation ancestrale de ses longues pérégrinations côtières en Europe du Nord.

 

Pèlerin cosmopolite

Animal sociable au comportement grégaire, le requin pèlerin se déplace souvent en groupe (pouvant compter une dizaine d'individus). L'été, on peut les voir naviguer proche de la surface le long de notre littoral atlantique ; ils pénètrent également en Méditerranée, mais sont davantage observés en hiver et au printemps. Impressionnants, la gueule béante juste sous la surface, ils se nourrissent de plancton en filtrant l'eau de mer par leurs cinq fentes branchiales (et les peignes filtrants associés) ; celles-ci sont très grandes, leur encerclent quasiment la tête et leur permettent de filtrer jusqu'à 2000 tonnes d'eau par heure (à une vitesse de 2 nœuds). L'estomac d'un requin pèlerin peut contenir 500 kg de plancton. Le reste du temps, en période de disette, les géants séjournent davantage en profondeur (ils peuvent plonger jusqu'à 2000 m). Mais alors qu'on les croyait cantonnés aux eaux froides et tempérées des deux hémisphères, on sait depuis 2009 grâce au suivi par balises satellites qu'ils font des incursions dans les régions tropicales et équatoriales.

 

Programmes d'observation

L'Association pour l'étude et la conservation des sélaciens (Apecs) a été créée à Brest en 1997 pour développer les activités commencées deux ans auparavant par un groupe d'étudiants en biologie marine de l'université de Brest qui s'intéressait au requin pèlerin et s'alarmait de la baisse du nombre d'observations. L'Apecs pilote un programme national de recensement des observations. Chaque année, elle organise une campagne d'information à destination du grand public. Pêcheurs et professionnels de la mer, plaisanciers, plongeurs… vous pouvez contribuer à l'amélioration des connaissances acquises sur l'animal. Notamment en lui faisant part de vos observations (ne pas hésiter à contacter le 06 77 59 69 83 au moment de la rencontre), et en remplissant la fiche très détaillée proposée par l'Apecs (à télécharger sur son site). En Corse, l'association Corsica - Requins de Méditerranée est née en 2010 de la volonté d'engager un programme similaire au niveau régional ; elle aussi s'appuie sur la participation des usagers de la mer.

 

Espèce vulnérable

On ne connaît que très imparfaitement la biologie de l'animal. La gestation de la femelle dure trois ans et demi. Elle donne naissance à un ou plusieurs rejetons (très rarement jusqu'à 6) mesurant jusqu'à 1,5 m. L'espèce est ovovivipare : les jeunes sont issus d'œufs qui se sont développés et ont éclos dans l'utérus de la mère ; aussi les cas de cannibalisme intra-utérin (oophagie) sont-ils assez fréquents : le premier-né dévore alors ses petits frères et sœurs.
L'espèce est vulnérable : l'animal a été beaucoup pêché partout dans le monde, essentiellement pour son foie (en Europe, l'exploitation a atteint son maximum en 1970), il accuse une croissance lente, une maturité sexuelle tardive, la gestation de la femelle est longue et son espérance de vie ne dépasse guère une quinzaine d'années. Le requin pèlerin est aujourd'hui considéré comme espèce vulnérable sur la liste rouge des espèces menacées de l'UICN (Union internationale pour la conservation de la nature). Toute information pouvant être recueillie sur « le plus grand monstre marin à gros nez » est donc précieuse.

 

Plus d'informations sur www.asso-apecs.org et www.corsica-requins-de-mediterranee.org


SERVICE:
Pour préparer vos escales en toute sérénité, téléchargez l'appli Guides Escales du Bloc Marine.
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 0899 70 12 34**.
Recevez gratuitement
la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 0899 70 12 34 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction