Les bateaux à moteur également à l'honneur aux Fêtes Maritimes de Brest

Mercredi 13 juillet 2016 à 16h00

Du 13 au 19 juillet, de nombreux bateaux vont parader aux Fêtes Maritimes de Brest. Et il n'y a pas que les voiliers qui ont le droit à leur heure de gloire !


Le Thalassa, un des navires océanographiques de l'Ifremer @Ifremer / Michel Gouillou

L’Abeille Bourbon défie les éléments
Long de 80 mètres, ce remorqueur d’intervention, d’assistance et de sauvetage assure entre autres missions la sécurité du rail d’Ouessant. Ses bandes tricolores peintes sur la coque attestent son appartenance à l’action de l’État en mer. En service depuis 2005, l’Abeille Bourbon est la digne remplaçante de l’Abeille Flandre et de l’Abeille Languedoc. Elle devait notamment répondre à un cahier des charges visant à améliorer et à ajouter des éléments manquants à ces deux remorqueurs, et plus particulièrement permettre l’accueil de passagers en cas de sauvetage, avoir un système anti-incendie encore plus performant, mais également un système de lutte anti-pollution et la possibilité d’accueillir un hélicoptère à son bord. L’Abeille Bourbon a effectué sa première mission dès le mois de mai 2005, en remorquant le Frey, un cargo maltais de 3 000 tonnes en avarie de propulsion au large de Penmarc’h. Depuis, on ne compte plus le nombre d’interventions du remorqueur et de ses hommes d’équipage, issus de la Marine marchande, qui se souviennent probablement encore de l’anecdote du bateau ivre, en 2008 : tout un équipage sous l’emprise de l’alcool, aux commandes d’un cargo estonien de 82 mètres de long, déviant dangereusement sur la trajectoire des autres bateaux le long du rail d’Ouessant !
CARACTÉRISTIQUES :
Port d’attache : Brest
Construction : quille posée en 2004
Longueur : 80 m
Largeur : 16,50 m
Tirant d’eau : 6 m
Puissance : 21 740 CV


Fremm Aquitaine
Première frégate anti-sous-marine de la classe Aquitaine, anciennement programme FREMM lancé par la France et l’Italie, l’Aquitaine a été mise sur cale en 2007 à Lorient : sa mise à l’eau officielle date de 2010. Deux ans plus tard, elle était réceptionnée par la Marine nationale française, puis admise au service actif en 2015. La construction de cette frégate multi-missions répond à un besoin de rationaliser les coûts de production et d’exploitation de ces bâtiments de guerre : un bateau de cette envergure demande normalement plus de 200 hommes à son bord, alors que la frégate Aquitaine n’en nécessite que 108 pour une conduite opérationnelle. À son bord, chaque local technique est modulaire, c’est-à-dire qu’il s’adapte au concept de multi-missions qui a été décidé dès le début de la conception de la frégate.
CARACTÉRISTIQUES :
Construction : 2007
Port d’attache : Brest
Longueur : 142 m
Largeur : 20 m
Tirant d’eau : 7,30 mètres
Vitesse maximale : 27 nœuds


L’Elbe, remorqueur historique
À presque soixante ans, l’ancien remorqueur Elbe est aujourd’hui amarré et ouvert aux visiteurs du port de Maassluis, aux Pays-Bas. Il a connu bien des aventures avant d’entamer sa carrière de musée vivant ! Lancé officiellement en 1959, ce poids lourd des océans est d’abord employé pour le sauvetage et le remorquage océaniques, secourant cargos, pétroliers, et de nombreux autres bâtiments et embarcations en difficulté jusqu’en 1976. Après quelques améliorations, il devient même le plus puissant des remorqueurs de son époque ! Il est alors converti en bateau-pilote à Baltimore par une association de pilotes à Maryland, et a même pris les couleurs et le nom de Greenpeace International. Depuis 2002, Elbe est devenu la propriété de la Fondation maritime de Rotterdam, et a été entièrement restauré par des bénévoles passionnés, un travail qui a duré près de deux ans.
CARACTÉRISTIQUES :
Construction : 1957
Port d’attache : Massluis
Longueur : 59.17m
Largeur : 11.2m
Tirant d'eau : 4.8m


Le Thalassa, bijou technologique d’Ifremer
Le Thalassa, deuxième bâtiment du nom consacré à la recherche halieutique, c’est-à-dire à la science de l’exploitation des ressources vivantes aquatiques, est un navire océanographique hauturier propriété de l’Ifremer, l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer. Construit à Dieppe par le chantier Manche Industrie Marine, il est le fruit d’une collaboration entre l’Ifremer et son homologue espagnol, l’IEO (Instituto Español de Oceanografia). Il commence ses missions en 1996 et a notamment pour objectifs l’étude de l’écologie des populations, l’évaluation des espèces exploitées, l’étude de la distribution spatio-temporelle des ressources marines, des techniques de captures et de transformation des produits et de l’océanographie physique. Il peut compter jusqu’à 25 scientifiques de tous horizons à son bord, qui, occasionnellement, mettent en œuvre le robot télé-opéré Victor 6000, un équipement à la pointe de la technologie qui permet notamment d’étudier les profondeurs océaniques jusqu’à 6 000 mètres, capable de surveiller et analyser les zones d’études, récolter des données et même mener des opérations sur des épaves sous-marines.
CARACTÉRISTIQUES:
Construction : 1996
Port d’attache : Brest
Longueur : 73,65 m
Largeur : 14,90 m
Tirant d’eau : 6,10 m



A lire aussi :
Les belles répliques historiques au cœur des Fêtes Maritimes de Brest
Diaporama des plus grands voiliers du monde présents à Brest


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction