Brise de mer : beau temps assuré !

Vendredi 5 août 2016 à 18h19

Mots clés : , , ,

La brise de mer, régulée telle une horlogerie suisse, a des conséquences parfois remarquables sur les types de temps rencontrés au sein d’une même région.


Crédit : La Chaîne Météo

Le vent est l’une des composantes majeures du climat littoral. Mais, de façon plus nuancée, les brises font partie de l’ambiance maritime qui apporte cette touche si caractéristique à tel point qu’inconsciemment, même les touristes et baigneurs du dimanche savent qu’il y aura « de l’air » sur la plage. Si ce petit air régulier apporte souvent une fraîcheur agréable en été, il permet aussi aux marins de hisser les voiles même par temps anticyclonique, évitant ainsi le moteur.

Parler de «brise thermique» est un pléonasme, car le mécanisme même de son déclenchement est lié aux différences de températures entre la mer et la terre : il s’agit donc d’un phénomène d’origine thermique qui concerne tous les littoraux.
Cette différence entre la mer, qui reste à une température constante, relativement fraîche tranche avec la température terrestre qui par temps ensoleillé s’échauffe rapidement d’heures en heures. Le principe de formation de la brise est ainsi bien rodé. Il faut un gradient thermique terre-mer au moins supérieur à 3 degrés pour que le processus démarre. C’est pourquoi ce phénomène est plus fréquent durant le printemps et l’été. Les contrastes y sont plus importants. Par ailleurs les conditions doivent être faiblement anticycloniques, mais pas trop, car une chape de hautes pressions aura tendance à annihiler tous les mouvements ascendants de l’air, bloquant le mécanisme.
Le régime de vent général (ou : synoptique) ne doit pas être trop marqué car la brise ne pourra pas se déclencher. Il faut un vent relativement faible.

Un système de va et vient immuable

Une fois toutes les conditions réunies, le mécanisme se met en marche : en cours de journée, sous l’action du soleil, les terres se réchauffent beaucoup plus rapidement que la mer. L’air chaud s’élève (phénomène de convection), ce qui provoque alors un appel d’air en provenance de la mer ; cet air, nettement plus frais prend la place de celui qui s’est élevé. Il souffle perpendiculairement au littoral. Au coucher du soleil, les différences de températures s’atténuent, et la brise tombe.

Dès que la brise de mer se lève pour ventiler le littoral, plus la température se rafraîchit tandis que l’intérieur des terres elle s’élève pendant tout l’après-midi. Ainsi la côte est souvent parfaitement dégagé tandis que dans l’intérieur des terres la chaleur a pour conséquences de provoquer des bourgeonnements nuageux, voire des orages de chaleur qui tranchent avec le beau temps de la côte. Les différences de températures entre le littoral et l’intérieur peuvent atteindre 5 à 8°C en moyenne. Les images satellites permettent de détecter ces phénomènes.

Mais ce n’est pas fini pour autant : pendant la nuit, la terre se refroidit rapidement et la mer reste « plus chaude » ; le processus inverse va se lever en début de nuit : l’air froid, plus dense, issu de l’intérieur des terres, va « couler » vers la mer, engendrant la brise de terre. Elle est généralement plus faible que la brise de mer.

 

A voir aussi :

Températures de l'eau de saison et mer calme

Requins : un risque d'attaque sur nos côtes ?
 

 


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction